Skip to main content

Full text of "Description d'un nouveau Prioninae [Col. Cerambycidae] du Haut Yunnan"

See other formats


32% Bulletin de la Société entomologique de France. 


tète est tres fortement ponctuée même entre les yeux, le pygidium 
marque de quatre points blanes disposés en are, les épistérnes méta- 
lhoraciques ponclués et pubescents tandis qu'ils sont (ainsi que Ja 
tète) lisses chez postica; les segments abdominaux 2-5 ont chacun 
uu point blane ovale au bord antéricur de chaque côté de leur milieu, 
les segments 4-4 chacun un mince trait blanc au bord postéro-externe ; 
ils sont immaculés chez postica. 

Ce que Scuaru a écrit sur P. postica, P. orphànulus et P. fiubriata 
Qduu. Soc. eut. Fr. [1844], p. 385-386) est exact, mais cet auteur s’est 
trompé plus tard lorsqu'il a considéré P. orphauulus et P. foubriata 
comme des variétés de P. postica (Ann. Soc. eut. Fr. (1849, p. 280). 
L'erreur qu'il a commise alors a été reproduite dans le « Catalogus 
Coleopterorum » de Gemminger et Harold (p. 1328). 

Lorphanulus de Voer est très probablement uñe variété de P. mar- 
ginala Drury. Jai pu examiner, parmi les Pachnoda recueillis par 
M. Mecou, un P. marginata semblable à la figure de P. orphanalus 


donnée par HerBstT (Natursyst. der Kafer, tab. 30, fig. 9). 


Description d'un nouveau Prioninae [CoL. CERAMBYCIDAE] 
du Haut Yunnan 


par Aug. LAMEERE. 


Notre collègue, M. P. Guerry, de Roanne. a eu Famabilité de me 
communiquer toute une série de Prioutuue qu'il a regus du Yunnan 
et parmi lesquels se trouvait un exemplaire mâle d'une espèce nouvelle 
de Meyopis, provenant de la région de VYung-pai, au S.-E. de Tali : 


Megopis (Aegosoma) Guerryi, n. sp. — Ressemble beaucoup 
au Megopis siuica sinica White, mais doit constituer, dans le sous- 
genre Aegosoma, avee le Megopis Pici Lameere, du mème pays, une 
“alégorie spéciale : les antennes du mâle sont, en elfet, grèles comme 
dans le sous-genre Baralipton: alors que chez le Megopis Pici, elles 
sont glabres avee le p article couvert de quelques poils, chez le 
Megopis Guerryi elles sont non pas ciliées en dessous, comme chez 
les Barvaliplou, mais entièrement couvertes de poils courts et épais, 
sauf sur les derniers articles. 

Les antennes dépassent un peu l'extrémité du corps, le 3° article 
dépassantie niveau de l'insertion des hanches intermédiaires ; les cinq 


Séance du 22 dévembre 1915. nau 


QT 


premiers articles sont entièrement rugueux; le Gë est un peu äpre, 
porifère aux deux extrémités, avec la région médiane Juisantes les 
Suivants ne sont pas entièrement porifères, comme ils le sont chez 
M. sinica, mais luisants au milieu, leur surface étant plus on moins 
irrégulière. 

Les veux ressemblent à ceux du M. sinica, mais leur lobe inférieur 
est un peu plus étroit, un pen plus allongé transversalement. 

La tôle est finement granuleuse avec quelques granules plus forts 
prés des yeux; elle offre, comme le reste du corps, une pubescence 
d'un gris jaunâtre qui est faiblement condensée en quatre taches sur 
le pronotum; celui-ci est, comme chez M. siuica, un peu étranglé en 
avant, avec les angles postérieurs plus saillants. L'écusson est très 
pubescent; les élytres, dentés à l'angle sutural et régulièrement pu- 
bescents, sont très finement granuleux, avec quelques grailes plus 
forts à la base; leurs côtes sont très faibles, les deux cotes internes 
étant réunies au quart postérieur et seules nettement distinctes à 
cause. des.quelqnes granules plus prononcés qui les couvrent. Les 
pattes sont semblables à celles du M. siuica. 

La teinte est d’un brun foncé, un peu rougeâtre en dessous et sur 
les antennes; les élytres sont limbés de noirâtre. 

La longueur est de 50 millimètres. 


Nouveaux Céramhycides | Coc.] de la Chine méridionale I ‘! 


par Maurice Pie. 


Aeolesthes aurosignatus, n. sp. — Elougatus, nitidus, niyer, 
superne et infra pro purte sigualuris aureis ornatus. 

Allongé, brillant, noir. en partie orné, en dessus et en dessous, de 
bandes ou de macules pubescentes dorées. Tèle allongée, impression- 
née ou sillonnte au milicu; antennes à peu près de la longueur du 
corps, à articles en partie pubescents de fauve, les 3° à 5° un peu 
épaissis au sommet; les suivants allongés et aplatis. Prothorax étroit 
et long, sinué et tuberenlé sur les côtés, irrégulièrement plissé et ridé 
sur le disque, avec de petits plis transversaux sur la base, orné sur 
les côtés de maeules allongées on bandes pubescentes dorées Elytres 
assez larges à la base, atténués à l'extrémité, subtronqués au sommet, 
ornés chacun de % lignes, plus ou moins longues, de pubescence 


(1) Voir Bulletin [1915], p. 313.