Skip to main content

Full text of "Structure des connexions méromorphes formelles de plusieurs variables et semi-continuité de l'irrégularité"

See other formats


Structure des connexions méromorphes formelles de plusieurs variables 
et semi-continuité de l'irrégularité. 



Yves André 



1. Introduction. 

2. Rang de Poincaré-Katz, décomposition de Turrittin-Levelt, polygone de Newton. 

3. Décomposition de Turrittin-Levelt avec paramètres, points tournants. 

4. Evitement des points tournants par éclatement. 

5. Points de croisement, et stabilisation par éclatement. 

6. Semi-continuité du rang de Poincaré-Katz. 

7. Semi-continuité de l'irrégularité. 

8. Autour de la conjecture de Sabbah. 

Appendice: spécialisation du polygone de Newton. 



Abstract. — We prove Malgrange's conjecture on the absence of confluence phenom- 
ena for integrable meromorphic connections. More precisely, if Y — > X is a complex- 
analytic fibration by smooth curves, Z a hypersurface of Y finite over X, and V an 
integrable meromorphic connection on Y with pôles along Z, then the function which 
attaches to x G X the sum of the irregularities of the fiber V( x ) at the points of Z x is 
lower semicontinuous. 

The proof relies upon a study of the formai structure of integrable meromorphic 
connections in several variables. 



1. Introduction. 

1.1. Le résultat principal de cet article a trait aux problèmes de confluence, 
c'est-à-dire à la variation de l'irrégularité dans une famille analytique d'équations 
différentielles linéaires à singularités méromorphes. 

Soit / : Y — » X un morphisme lisse de dimension relative 1, à fibres con- 
nexes, entre variétés analytiques complexes, et soit Z C Y une hypersurface de 
Y finie sur X. Notons Oy(*Z) le faisceau des germes de fonctions méromorphes 
sur Y à pôles le long de Z, et Çl Y (*Z) (resp. Qy/ x (*Z) ) le faisceau des 1-formes 
différentielles méromorphes sur Y (resp. relatives) à pôles le long de Z. 

Soit M un Oy (*Z)-module localement libre de rang \i muni d'une connexion 
relative 

V : M M ®o Y {*z) Sl Y/x (*Z). 

Pour x G X, la fibre Af( x ) sur 1 & courbe f~ x (x) est ipso facto munie d'une con- 
nexion méromorphe V^) dont les singularités sont des pôles situés aux points 

zez x = znf- 1 (x). 

L'un des invariants fondamentaux dans l'étude asymptotique de V( x ) au 
voisinage d'un point z G Z x est son irrégularité (au sens de Deligne-Komatsu- 
Malgrange) , notée ir z V^). Nous nous intéressons à la fonction sur X 

*(V,a;) = 11 z V M- 
zez x 

Il est facile de voir que cette fonction est constructible, et P. Deligne a démontré, 
en utilisant la description de Gérard-Levelt de l'irrégularité, que la fonction voi- 
sine 

i(V,x) + fj,. %Z X 

est semi-continue inférieurement ([De2], 1976). C'est là un résultat optimal, 
comme le montrent les phénomènes bien connus de "confluence" où z(V, x) croît 
aux points de branchement de ZjX. 

Au début des années 80, B. Malgrange a conjecturé que lorsque V provient 
d'une connexion absolue intégrable 

N —> N ® 0y {*Z) 

la fonction i(V,x) elle-même est s emi- continue inférieurement sur X: il n'y a 
pas de phénomène de confluence sous la condition d'intégrabilité. 

Dans cet article, nous démontrons cette conjecture (cf. 7.1.2), ainsi que 
plusieurs variantes (6.1.1, 6.1.3, 7.1.1). 

1.2. Parmi les travaux liés à cette conjecture (cf. e. g. [Mel] [Me2, 4] [S2, 
1.3]), nous nous inspirons de celui de C. Sabbah, qui rapproche, dans un contexte 
microlocal, les problèmes de confluence du problème de la structure formelle des 
connexions méromorphes intégrables en deux variables. 



2 



Après les travaux pionniers de M. Hukuhara puis H. Turrittin, le point de 
départ de l'étude asymptotique des connexions méromorphes d'une variable est 
le "théorème de Turrittin-Levelt" qui affirme l'existence, après ramification aux 
pôles, d'une décomposition canonique de la connexion formelle associée en con- 
nexions élémentaires (produits tensoriels d'une connexion de rang un et d'une 
connexion régulière). 

L'analogue de ce résultat pour des connexions méromorphes intégrables en 
plusieurs variables est loin d'aller de soi. Après une série de résultats par- 
tiels (voir par exemple [LvdE], [M, app.]), la première étude systématique du 
problème est due à Sabbah, dans le cas de deux variables [SI, S2]. Il introduit 
la notion de bonne structure formelle: une connexion méromorphe intégrable 
V sur une surface analytique, à pôles le long d'un diviseur à croisements nor- 
maux Z, admet une bonne structure formelle le long de Z si localement, après 
ramification le long des branches de Z, le formalisé de V tant aux points de 
croisement que le long des branches de Z (indépendamment) se décompose en 
connexions élémentaires (avec une condition technique que nous négligeons ici, 
cf. 5.5 ci-dessous). 

Sabbah conjecture l'existence d'une bonne structure formelle après éclate- 
ments, et montre, en utilisant les cycles microcaractéristiques d'Y. Laurent, com- 
ment cela entraîne la conjecture de Malgrange. 

1.3. Dans cet article, nous irons assez loin en direction de la conjecture de Sab- 
bah pour pouvoir adapter inconditionnellement les contours de cette stratégie 
de démonstration de la conjecture de Malgrange. Cela passe par une analyse 
détaillée des "points tournants" du diviseur polaire (§§3,4) et de la structure 
formelle de V aux croisements de ce diviseur (§5). 

Plus précisément, étant donné une connexion méromorphe intégrable V 
sur un germe de surface (Y, Q) à pôles le long d'un diviseur réduit Z, il s'agit 
d'estimer l'irrégularité en Q de la restriction de V à un germe de courbe donné 
(C, Q) (non contenu dans Z) en termes de l'irrégularité de V le long des branches 
de Z. Pour cela, nous procédons à une séries d'éclatements pour nous ramener 
à une situation de croisements normaux et où la structure formelle de V est 
suffisamment bonne aux croisements. Nous contrôlons cette structure formelle 
le long de chaque composante Ei du diviseur exceptionnel au moyen d'un cer- 
tain diviseur Di sur le fibré normal de E{ dans l'éclaté de Y, défini de manière 
élémentaire à l'aide de la décomposition de Turrittin-Levelt relative (3.6). Nous 
concluons par le biais d'une analyse géométrico-combinatoire de ces diviseurs Di 
et Ei (pour une explication heuristique de laquelle nous renvoyons à 7.2.1). 

Notre approche est purement algébrico- formelle, dans l'esprit de [AB], et 
n'utilise pas la théorie microlocale. 

1.4. Ce point de vue nous permet notamment de donner une preuve purement 
algébrique du théorème bien connu de Deligne selon lequel la spécialisation à 
toute courbe lisse d'une connexion intégrable algébrique régulière est encore 
régulière (6.1.2). Nous renvoyons à [B] pour l'analyse des difficultés auxquelles on 
est confronté en confinant le problème dans le contexte régulier (faillite des tech- 



3 



niques algébriques de réseaux logarithmiques); c'est en nous plaçant résolument 
en situation irrégulière que nous réglons le problème. 

1.5. La plupart des techniques de cet article valent aussi en caractéristique p > 
pour des modules à connexion de rang < p (c'est par exemple le cas du théorème 
de Turrittin-Levelt). Ce souci d'éviter des restrictions inutiles sur la caractéris- 
tique, loin de compliquer les preuves, conduit parfois à en trouver de plus simples 
que celles qu'offre la littérature (cf. e. g. 2.5.1, 5.3.2, 5.4.2). Mais il a surtout 
pour origine l'analogie p-adique suivante. 

On peut voir la conjecture de Crew sur la réduction semi-stable des F- 
isocristaux surconvergents à une variable (théorème de monodromie p-adique) 
comme un analogue p-adique - plus profond - du théorème de Turrittin-Levelt 
(cf. [A2, 3] pour des précisions sur cette analogie). Sa généralisation à plusieurs 
variables conjecturée par A. Shiho actuellement très étudiée (cf. [Ke]) apparaît, 
de même, comme un analogue p-adique de la conjecture de Sabbah. On peut 
donc s'attendre à ce que celle-ci soit plus abordable que celle-là. 

1.6. Cette analogie incite par ailleurs à reformuler le problème de la bonne struc- 
ture formelle après éclatements en termes rigides- analytiques x-adiques. Une 
telle traduction suggère alors de tirer profit de la compacité des espaces analy- 
tiques de Berkovich associés en vue de la conjecture de Sabbah. L'analyse montre 
que les points de Berkovich qui posent problème sont ceux à valeurs dans une 
extension immédiate de la complétion de la clôture algébrique de fc [[#]]. 

Nous donnons néanmoins, de ce point de vue rigide-analytique, un résultat 
sur la structure formelle des connexions intégrables qui généralise en plusieurs 
variables le théorème de Turrittin-Levelt (8.2.2). 

1.7. Dans l'appendice, nous nous plaçons de nouveau dans la situation 1.1 d'une 
connexion relative, mais en supposant que le diviseur polaire Z est étale sur la 
base. Nous montrons dans ce cas que le polygone de Newton, placé convention- 
nellement dans le quatrième quadrant, ne peut que croître (au sens large) par 
spécialisation. 

Remerciements. — Cet article doit beaucoup aux travaux mentionnés de C. Sabbah 
sur l'analyse asymptotique en deux variables. Je le remercie pour ses commentaires 
éclairants sur ces travaux. Je remercie aussi J. F. Mattei pour ses remarques critiques 
qui m'ont amené à corriger une première version de ce texte sur un point important. 



4 



2. Rang de Poincaré-Katz, décomposition de Turrittin-Levelt, 
polygone de Newton. 

On peut trouver davantage de détails sur ces préliminaires dans [AB, II]. 

2.1. Rang de Poincaré-Katz et théorème de Turrittin-Katz "abstrait". 

Soit F un corps complet pour une valeur absolue non archimédienne | |. 

Soit M un F-espace vectoriel de dimension finie p, muni d'une norme | |m^- 
Soit D un endomorphisme du sous-groupe topologique sous-jacent à M. La 
norme spectrale de D est 

|£>|m, sp = lim \D n \fj = inf \D n \fo G R+. 

n n 

Elle ne dépend pas du choix de la norme sur M (ces normes sont toutes équiva- 
lentes). Prendre garde qu'en dépit de son nom, la norme spectrale ne définit 
pas une norme sur End^ nt M mais, a priori, seulement sur chacune de ses sous- 
algèbres commutatives. 

Nous nous intéresserons au cas où (M, D = V(<9)) est un module différentiel 
relativement à une dérivation continue d de F, c'est-à-dire un F-espace vectoriel 
de dimension finie muni d'une action additive continue V(9) de d vérifiant la 
règle de Leibniz 

V/ G J 7 , Vm G M, V(d)(/m) = df.m + fV(d)(m). 

Dans ce cas, bien que V(<9) et l'opérateur de multiplication par / G F ne com- 
mutent pas, la règle de Leibniz entraîne néanmoins que | |m,sp définit une norme 
sur la sous-F-algèbre de End^ nt M engendrée par V(<9). 
Nous supposerons toujours que 

101* = 1. 

Il est souvent plus commode de parler en termes de valuation plutôt que de valeur 
absolue: v(f) = -log|/| G RU {oo}. On note vm,s P (V(<9)) = - log |V(d)| M , sp 
la valuation spectrale de V(d). 

Définition 2.1.1. Le rang de Poincaré-Katz^ 2 ) du module différentiel (M, V(d)) 
est 

p v (M, V(0)) := max(0, -v M , sp (V(d))). 
On dit que (M, V(ô)) est régulier si son rang de Poincaré-Katz est nul. 

Nous écrirons souvent p v (V(d)) ou p v (M) pour abréger. Il ne change pas si l'on 
remplace d par f.d avec v(f) = 0. 



' ' dans le cas d'une algèbre de matrices, nous prendrons pour | \m la norme-sup. 
on dit aussi "plus grande pente", voir 2.4. 



5 



Par ailleurs, on déduit des propriétés générales des valuations spectrales le com- 
portement du rang de Poincaré-Katz par dualité, somme directe et produit ten- 
soriel: 

p v {M w ) = Pv (M), p v (M © M') = max(p„(M), p v (M')), 
p v (M®M') <max(p v (M),p v (M')) 
avec égalité si p v (M) / p v (M'). 

Théorème 2.1.2. (Turrittin-Katz). Supposons que (M, V(c?)) admette une 
base cyclique, c'est-à-dire une base de M de la forme 

m = (m,V(d)(m),...,V(d)' 4 - 1 (m)). 

Pour tout béN, notons G n la matrice de V(<9) n dans cette base, de sorte que 

/0 9 \ 

1 0i 

Gi s'écrit sous la forme 

Vo i e^J 

1) Pour tout a > 1, les énoncés suivants sont équivalents: 

i) |V(d)| M , sp < cr, 

ii) pour tout j = 0, . . . , \i — 1, \0j\ < , 

iii) pour tout n G N, \G n \ < 0- n+M_1 . 

2) Supposons qu'il existe £ G F de valeur absolue min(l, min 
Ainsi la matrice de £.V(9) dans la base 

\ 
I u , 

m = m 




o o i»- x i 



est de norme < 1. Si \V(8)\m,sp > 1> alors la réduction de cette matrice dans le 
corps résiduel de F n'est pas nilpotente. 

Voir [CD, 1.5] ( 3 \ Le point 1) donne le calcul du rang de Poincaré-Katz 
dans une base cyclique: 

Corollaire 2.1.3. i) p v ÇV(d)) = max(0, max — v ^i\ . en p ar ticulier, si 

j=o,...,n-i p — j 

v(F*) = Z, c'est un nombre rationnel de dénominateur < p. 



( 3 ) et aussi [T], [Ka] en égale caractéristique. En inégale caractéristique, c'est-à-dire 
dans le cas p-adique, le point 1) est dû à Dwork et Young; dans ce cas, |V(<9)|m,sp n'est 
autre que l'inverse du rayon de convergence générique, multiplié par | 1 1 . 

6 



il) La fonction n G N i— » log | V(d) n \M — n ■ p v (V(d)) est bornée; en particulier, 
elle ne prend qu'un nombre fini de valeurs, toutes rationnelles, si v(F*) = Z et 
si | |m est la norme-sup relative à une base quelconque. 

Corollaire 2.1.4. Si M est régulier, alors la matrice de V dans toute base 
cyclique est de norme < 1. 

Remarques 2.1.5. 1) Il est bien connu que (M, V(<9)) admet une base cyclique 
si car F = ou bien si \x < car F (par la règle de Leibniz, le résultat ne change 
pas si l'on remplace d par un multiple non nul, ce qui permet de supposer 
l'existence d'un x tel que d{x) = 1; la preuve de [DGS, III. 4. 2] s'applique alors). 

2) Il découle du point ï) du corollaire que (M, V(<9)) est régulier si et seulement 
si il admet une base dans laquelle la matrice de V(<9) est de norme < 1. 

Exemples 2.1.6. 1) Soit K un corps et prenons pour F le corps de séries for- 
melles K((x)) (resp. F = K((x2))((xi))) muni de la valuation x-adique ord^ 
(resp. xi-adique), et pour d la dérivation x-^ {resp. gf^)- Alors \ô\f = 1, et 
|<9|_F, S p = 1 ou selon que car K = ou non. 

2) Prenons pour K un corps p-adique, pour F le complété p-adique de F(x) 
(ou bien le complété de Ok({x)) ®o k K), et d = j^. Alors \ô\f = 1, et 

|ô| F , sp = HVb-i). 

Comme me l'a fait remarquer F. Baldassarri, il serait plus naturel dans cette 
situation de considérer, plutôt que max(0, — t>M,s P (V(<9))), la quantité 

(2.1.6.1) sup max(0, -Um,b P (V(Z>))) 

D 

où D parcourt les opérateurs différentiels if-linéaires de norme p-adique 1 (sur 
F), quantité qui coïncide avec le rayon de convergence générique (valuatif); par 
exemple, si \n\ = jpl 1 /^ -1 ^, elle distingue entre le module différentiel (F, V(-^-)(l) 
= 1) (pour lequel elle vaut 1), et (F, V(-^-)(l) = n) (pour lequel elle est nulle). 

2.2. Lemme de décomposition. Des lemmes de décomposition des conne- 
xions formelles "suivant les valeurs propres" apparaissent sous de nombreuses 
formes dans la littérature depuis Turrittin. En voici une version très générale 
due à Levelt et van den Essen [LvdE] . 

Lemme 2.2.1. Soit R un anneau local noethérien complet, d'idéal maximal m et 
de corps résiduel k. Soit ô une dérivation de R telle que ô(R) C m et 5 (m) C m 2 . 
Soit M un R-module libre^ de type fini, muni d'une action additive V(<5) de ô 
vérifiant la règle de Leibniz, et notons V(<5) l'action k-linéaire induite par V(<5) 
sur M := M ® R k. Supposons que M se décompose sur k en somme directe 

M = ® Mj 

( 4 ) l'hypothèse de liberté n'est même pas imposée dans [LvdE], mais elle permet de 
simplifier sensiblement la preuve. 



7 



de sous-espaces caractéristiques. Alors: 

1) cette décomposition se relève de manière unique en une décomposition 

M = © Mj 
en sous-R-modules stables sous V(<5). 

2) Soit S' est une autre dérivation continue de R commutant à S, et soit V(<5') 
une application additive M — > M vérifiant la règle de Leibniz vis-à-vis de 5' , et 
commutant à V(5). Alors la décomposition précédente est stable sous V(<5'). 

3) La même conclusion vaut si, au lieu de supposer que S et S' (resp. V(5) et 
V(<5 / )j commutent, on suppose seulement l'existence de deux non-diviseurs de 
zéro g, g' G R tels que ^5 et y 6' (resp. ^V(<5) et yV(5')) commutent, et que 
5'(g)/gem. 

L'assertion 3) ne figure pas dans loc. cit. , mais se démontre par le même 
argument que 2): le point est que puisque S'(g)/g, S(g')/g' G m, V(<5) et V(<5') 
commutent. 

Pour comparer cette situation à celle obtenue par changement de base injec- 
tif (non nécessairement local) R — » R', où R' est un autre anneau local noethérien 
complet de corps résiduel k', on a: 

Complément 2.2.2. Supposons que S (resp. V(5)) s'étende à R' (resp. à 
M' = M ®r R') avec les mêmes propriétés. Alors la décomposition canonique 
M' = ©M^ qui relève la décomposition en sous-espaces caractéristiques de 
M' :=M' ® R > k' raffine la décomposition M' = ©ML,- ® R R' . 

La démonstration, directe, est laissée au lecteur. 

2.3. Théorème de Turrittin-Levelt "abstrait". On reprend la situation de 
2.1 sous des hypothèses supplémentaires: 

- on suppose que F est complet pour une valuation discrète v, qu'on normalise 
de sorte que 

v(F*) = Z. 

Elle s'étend de manière unique à toute extension finie F' de F, et il y a lieu de 
multiplier la valuation étendue par l'indice de ramification e de l'extension pour 
préserver la condition de normalisation. On note v' la valuation normalisée sur 
T' (de sorte que v'((F*) = eZ). 

Notons par ailleurs que la dérivation (de norme 1) d s'étend de manière 
unique à toute extension finie modérée de F - c'est-à-dire résiduellement séparable 
et d'indice de ramification premier à la caractéristique résiduelle p -, la dérivation 
étendue étant encore de norme 1^ 5 \ 

( 5 ) on se ramène au cas totalement ramifié; l'anneau de valuation de F' est alors en- 
gendré, sur celui de F, par une uniformisante 7T, qui vérifie une équation d'Eisenstein 
P(tt) = 0. En utilisant le fait que v'(P'(tt)) = e — 1 [S, 111,7, prop. 13], il est facile de 
définir d(ir) en appliquant d à l'équation d'Eisenstein, et v'(d(ir)) = v'(ir) = 1. 



8 



- on suppose que la dimension p du module différentiel M est strictement inférieure 
à la caractéristique résiduelle si cette dernière est non nulle: 

p < p si p / 0. 

Théorème 2.3.1. (Décomposition de Turrittin-Levelt). 

1) II existe une extension F' /F ûnie modérée et une décomposition du mod- 
ule différentiel M F > := M (g> F F' sur F': 

(2.3.1.1) Mpi = ®j M h , 
avec 

(2.3.1.2) M h 9é L ( f >j ® Rj , 
où 

- les 4>j désignent des éléments de F' , dont les classes 4>j modulo Vanneau de 
valuation V' de F' sont deux à deux distinctes, 

- Lfa = {F' -, Vj(9)) avec V,(d)(l) = <f> j} 

- Rj est un module différentiel régulier. 

2) Cette décomposition (2.3.1.1) est unique. 

3) On peut prendre F' /F galoisienne de degré divisant pl. 

4) Si l'on remplace d par f.d avec v(f) = 0, la décomposition ne change pas 
(4>j est seulement remplacé par f.(f>j). 

Remarque 2.3.2. La condition que les 4>j soient deux à deux distincts est 
raisonnable compte tenu de ce que est régulier si G V . 

Démonstration (esquisse) ^ . 1) On raisonne par récurrence, pour l'ordre lex- 
icographique) , sur le couple (u. G N, p v G ^jyN), les cas /i < 1 et p v = étant 
triviaux. Soit m une base cyclique (cf. remarque 2.1.5). Avec les notations de 
1.1.3, on a 

p v (V(d)) = max(0, max ZHËd). 

j=0,...,H-l fi - j 

Quitte à faire une extension modérée de F, on peut supposer (puisque \i < p si 
p ^ 0) que F contient un élément £ de valuation p v ^ . On peut aussi supposer 
que F contient les valeurs propres Q de la matrice de V(ô) dans la base m' de 
M introduite en 1.1.2. 

Si les Q ne sont pas dans la même classe modulo l'idéal maximal de V et si 
p v > 0, on peut appliquer le point 1) du lemme de décomposition (avec R = V , 
M = le V-module engendré par m', et S = £.£?), ce qui diminue p. 
Sinon, et si p v > 0, la classe des Q n'est pas l'idéal maximal de V d'après 1.1.2, 
2), et en tensorisant par L_ç x /ç, on diminue p v . Ceci établit le point 1). 
Pour 2) et 3), on s'appuie sur le lemme suivant: 

( 6 ) voir aussi [T], [L] en égale caractéristique nulle . 

( 7 ) si le maximum des j^j - est > et atteint pour j = Jq, on peut prendre Ç = 

puisque p < p si p ^ 0. 



9 



Lemme 2.3.3. Soit F" une autre extension de F et soit i : F' — > F" un F- 
isomorphisme. Soient <\>' G F' , 0" G -F" teJs que <-(</>') — 4>" ne soit pas dans 
l'anneau de valuation. Soient R' (resp. R") un module différentiel régulier sur 
F' (resp. F"). Alors 

ffom V (9), t (V R\ V' ® -R") = °- 

En effet, cet espace d'homomorphismes horizontaux s'identifie à 

fforo v(9)/ »(L lW() _ r , <-(#T ® 

qui est nul car L^i^^n est irrégulier et irréductible, tandis que i(R') v R" est 
régulier. □ 

Le point 2) s'en déduit immédiatement. Pour en déduire 3), prenons F" = F' 
galoisien sur F, de groupe G, et prenons pour i un élément de G. Alors on voit 
que i permute les en permutant les 4>j. Le sous-groupe normal G' de G 
qui agit trivialement sur les (f)j fixe donc les projecteurs qui définissent la dé- 
composition Mpi = M ( j >j , qui descend donc sur une extension galoisienne de 
degré 

[G : G'] | fil. 

Le point 4) est immédiat. □ 

Exemple 2.3.4. Prenons pour F un corps de séries formelles K((x)) avec la 
valuation x-adique, et d = x-^. Rappelons que les extensions modérées de 
K((x)) sont de la forme F' = K'^x 1 ^)), où K' est une extension séparable de 
K et où e est premier à p si p / 0. 

La projection F' — » F' /V' admet une section K- linéaire canonique d'image 
x~ 1 / e K'[x~ 1 ^ e ]. On peut donc choisir les 4>j dans x~ x I e K' \x~ x I e \ pour un entier 
e > 1 convenable, qui est un multiple de dénominateur d de p v (mais on prendra 
garde qu'il ne lui est pas égal en général). On peut prendre £ = x 1 ^ dans 2.1.2. 

On vérifie aisément que les <pj engendrent une extension galoisienne F' de F 
qui est l'extension minimale sur laquelle a lieu la décomposition M pi = © M^. . 

Si p v > 0, les d apparaissant dans la preuve de 2.3.1 sont alors exactement 
les termes de degré x~ x l d des 4>j, multipliés par x x l d . 

En caractéristique nulle, il est bien connu que tout module différentiel sur 
F régulier est extension itérée de modules différentiels de dimension un, et il en 
est donc de même de M pi . 

En caractéristique non nulle, il n'en est rien en général (cela dépend de la 
p-courbure, cf. [DGS, III.2], [A, 3.2.2]). 

2.4. Polygone de Newton. Un argument élémentaire de descente galoisienne 
montre que si l'on regroupe les M^. suivant la valeur de max(0, — v (4>j)) G 

-jfN/ 8 ) la décomposition (moins fine) correspondante descend à F et fournit la 

décomposition suivant les pentes: 

(2.4.1.1) ^ = M {a) , 



( 8 ) il s'agit ici de l'extension de la valuation v à F' , non normalisée. 



10 



et il est facile de voir que p v (Mi a \) = a. Cette décomposition ne change pas si 
l'on remplace d par f.d avec v(f) = 0. 

Définition 2.4.1. Le polygone de Newton de (M, V(ô)) est le polygone convexe 
contenu dans [0, p] xR, non borné supérieurement, dont le sommet le plus à droite 
est (p, 0), et dont le segment de pente a est de longueur égale à la dimension de 
M( CT ) (pour tout a G R+ ). 

On le note NP V (M, V(<9)) (ou NP v (V(d)) ou encore NP V (M) pour abréger). Il 
ne change pas si l'on remplace d par f.d avec v(f) = 0. Sa plus grande pente 
est p v (V(d)). 

De ce que p v (M^) = a, et de 1.1.3 i), on déduit: 

Corollaire 2.4.2. Choisissons un vecteur cyclique m, et écrivons 

X>V(8)*(m) = 0, 
o 

avec Qp, = —1. Alors NP v (V(d)) est l'enveloppe convexe des demi-droites 

{xi = i, x 2 > v(6i)}, i = 0, 
En particulier, ses sommets sont à coordonnées entières. 

Définition 2.4.3. L'irrégularité de M, notée ir„(M), est la hauteur du polygone 
de Newton, c'est-à-dire (avec les normalisations que nous avons choisies) l'opposé 
de l'ordonnée du sommet le plus bas. 

C'est donc un entier naturel qui vérifie l'inégalité 
(2.4.3.1) ir„(M) < n.p v (M). 

2.5. Dérivations commutantes. Soit d' une autre dérivation de F de norme 
1. Supposons M muni d'une action if-linéaire V(<9') de d' vérifiant la règle de 
Leibniz et commutant à V(<9). 

Proposition 2.5.1. 1) La décomposition de Turrittin-Levelt est stable sous 
V(d>). 

2) Supposons que pour tout f G F, \d(f)\ = \ f\ si \ f\ ^ 1. Alors 

(2.5.1.1) Pv(V(d')) < Pv (V(d)), NP v (V(d')) C NP v (V(d)). 

Démonstration. Quitte à passer à une extension modérée, on peut supposer 
la décomposition de Turrittin-Levelt définie sur F. En suivant la démonstration 
de cette décomposition, il est clair que 1) découle du point 3) du lemme de dé- 
composition 2.2.1 (en prenant g = £ et g' convenable pour que d' respecte le 
réseau engendré par m' sur l'anneau de valuation de F). 



11 



Pour le point 2), on peut supposer que M, muni de V(ô) et V(ô'), est 
indécomposable. D'après le point 1), la décomposition de Turrittin-Levelt tant 
de (M, V(<9)) que de (M, V(<9')) n'a qu'un seul facteur, noté <g> R et (g) i?' 
respectivement. Il est donc isocline et l'assertion sur NP découle de celle sur p. 
On a alors A M M = L®>* ® R = L^® R (et de même pour &). Compte 
tenu de ce que p < p si p ^ 0, il suit que les inégalités a priori 

H H fi n 

p v (/\ M, /\ V(d)) < Pv (M, V(ô)), p v (/\ M, /\ V(ô')) < Pv (M, V(ô')) 

sont des égalités, ce qui nous ramène au cas p = 1. Dans ce cas, prenant une 
base m et écrivant 

V(d)m = 0m, V(d')m = 6'm, 

on a 

ô'W = d(e'), 

p v (V(d')) = max(0, -v{9')) < max(0, = max(0, -v(d'(6)), 

d'après l'hypothèse sur <9, d'où 

Pv(y(d')) < max(0, -v{6)) = Pv {V(d)). □ 

Corollaire 2.5.2. Sous l'hypothèse de 2), si M est régulière vis-à-vis de d, alors 
M est aussi régulière vis-à-vis de d' . 

Remarque 2.5.3. L'argument de 2) montre qu'on peut toujours prendre (f) = 
9/ p. et R sont alors munis d'actions de d' compatibles avec V(d') sur le 
produit tensoriel. En outre, dans la situation F = K((x)) de 2.3.4, on observe 
que puisque d' est de norme 1, elle commute à la troncation K' ((x 1 ^)) — > 
x~ x I e K' \x~ x I e \ . On déduit de là qu'on peut associer au choix canonique (f)j E 
x- x l e K'\x- x l*\ un unique <\>) G x^ < /e K '[x" 1 ■■ /e ] tel que d'^j) = ô(^). 



3. Décomposition de Turrittin-Levelt avec paramètres, points 
tournants. 

Dans ce paragraphe, nous analysons d'un point de vue purement algébrique 
le phénomène classique des points tournants, c'est-à-dire (essentiellement) des 
points du diviseur polaire où la décomposition de Turrittin-Levelt ne se spécialise 
pas. Outre le théorème 3.4.1, ce paragraphe contient deux résultats importants 
pour la suite (§6): 3.1.1 et 3.3.1. 

3.1. Rang de Poincaré-Katz et spécialisation. Plaçons-nous dans la si- 
tuation où F = K((x)) muni de la valuation x-adique v, et où d = x-jj^. Sup- 
posons que K soit donné comme corps de fractions d'un anneau A noethérien 
intégralement clos. 



12 



Soit M un module différentiel sur 



A((x)) = A[[x]][h 

Jb 

c'est-à-dire un vl((x))-module projectif de type fini muni d'une action A-linéaire 
continue V(<9) de d vérifiant la règle de Leibniz. 

On note p = p(M)) le rang de Poincaré-Katz du module différentiel Mp 
(relativement à la valuation x-adique). La simplicité de la preuve du résultat 
suivant illustre l'avantage du point de vue spectral sur le rang de Poincaré-Katz. 

Lemme 3.1.1. Soit P un point de Spec A et soit (M ( P ) = M®a((x)) kp((ï)), ^(p)) 
le module différentiel spécialisé sur Kp((x)). On a 

(3.1.1.1) p(M (P) ) < p(M). 

Démonstration. Munissons M d'une norme x-adique quelconque, et le Kp((x))- 
espace vectoriel de la norme x-adique quotient. Par définition 

p(M) = max(0, -v MiSp (y(d))), p(M {P) ) = max(0, -v M(P) ,s P (V (p)(d))), 

et il est clair que vm (p) ,spC^ (p)(d)) — v M,sp(V(d)) (le choix des normes x-adiques 
sur M et M( P ) n'a en fait aucune importance puisqu'on ne s'intéresse qu'aux 
valuations spectrales). □ 

Corollaire 3.1.2. Si M est régulier, il en est de même de M^ P y □ 

3.2. Points semi-stables. On suppose désormais que le rang n de M sur 
A((x)) est strictement inférieur aux caractéristiques résiduelles de A si celles-ci 
sont non nulles. 

On dispose de la décomposition de Turrittin-Levelt (cf. 2.3.1, 2.3.4) de 
Mpi = M ®a((x)) F' sur une extension galoisienne F' = K'((x l / e )) convenable 
de F de degré divisant p\ 

(3.2.1.1) Mpi = (Bj M hiF , , M htF , *à L^p, ® R jtF , 

avec 4>j G x~ 1 / e K'[x~ 1 / e ], de degré > — p en x, l'un des <f>j au moins étant 
exactement de degré —p. 

Ce paragraphe est dévolu à l'étude de la question suivante. 

Question 3.2.1. Les coefficients des <pj sont-ils dans la clôture intégrale A' de A 
dans K' , et cette décomposition de M K ,^ x i/ e y^ descend-elle en une décomposition 
sur A'((x l ' e )) 

(3.2.1.2) M a 1 = ®j M h , M h * L ( j >j ® R, ? 

13 



Remarque 3.2.2. Soit K" une if' -algèbre et A" C K" un sous-anneau tel que 
A" n K' = A' . Alors la question 3.2.1 a une réponse positive si et seulement s'il 
en est ainsi de la question analogue avec A 1 ', K' remplacés par A" , K" . 
En effet, puisque M est projectif de type fini, il en est de même de End M = 
M v (g) M, donc il existe des éléments ni,...,n s de End M et des éléments 
ni,...,rig du dual tels que pour tout n G End M, n = Y^{ n ï i n ) n i- Dire 
qu'une décomposition de M K ,^ x i/ e \\ descend sur ^'((x 1 / 6 )) revient à dire que 
pour les projecteurs n qui la définissent, les éléments (nf,n) G K'^x 1 ^)) sont 
en fait dans ^'((x 1 / 6 )). Mais ceci équivaut aussi à (n^,n) G A"((x 1 ^ e )). 
Cette remarque montre plus généralement que la réponse à 3.2.1 ne dépend pas 
de F'. 

La réponse à 3.2.1 est positive en rang fj, = 1. En revanche, sans hypothèse 
supplémentaire, la question a une réponse négative: 

Contre-exemple 3.2.3. Supposons que A = k[[x2]], et que M soit libre de 
rang deux, et que V(<9) soit donné dans une base (mi, m 2 ) par 

V(<9)(mi) = —mi, V(<9)(m 2 ) = —n%\. 

x 

Les pentes sont et 1, et la décomposition de Turrittin-Levelt sur F = k((x2))((x)) 
s'écrit 

Mp ^ L«a,F ®L 0)F . 

Mais en x 2 = 0, M se spécialise en un module différentiel régulier indécomposable. 
Donc la décomposition de Turrittin-Levelt ne descend pas de F à fc[[^2]]((^))- 

Définition 3.2.4. Soit P un point de Z = SpecA Nous dirons que P est 
semi-stable pour M si la réponse à 3.2.1 est positive lorsque Von remplace A' 
par le semi-localisé A' p . 

En vertu de la remarque 3.2.2, la réponse à 3.2.1 est positive si et seulement 
si tous les points sont semi-stables. Le point générique est évidemment semi- 
stable. 

Cette terminologie est motivée d'une part par l'analogie avec le problème 
de la réduction semi-stable des F-isocristaux surconvergents dans le cas p-adique 
(cf. [Ke]), d'autre part parce que "stable" semble un antonyme acceptable de 
l'adjectif "tournant" classique en analyse asymptotique, cf. infra 3.4.2. 

Remarques 3.2.5. 1) Si tous les points de Z sont semi-stables, la décomposition 
suivant les pentes (2.4.1.1) de Mp provient d'une décomposition de M lui-même. 

2) Si P est semi-stable pour M, il l'est aussi pour End M = M v ® M. 
Lemme 3.2.6. Si P est un point semi-stable pour M, on a 

(3.2.6.1) NP(M [P) ) c NP(M), NP(£ndM {P) ) c NP(EndM). 

C'est immédiat à partir de la définition 2.4.1 (et compte tenu de la remarque 
précédente). □ 



14 



Nous montrerons dans l'appendice que (3.2.6.1) vaut même sans la condition 
de semi-stabilité. 



3.3. Forme normale. Dans la direction de 3.2.1, on a le résultat général 
suivant: 

Proposition 3.3.1. Pour tout j, le coefficient 4>j,- p de degré —p en x dans <pj 
est entier, i.e. appartient à A'. 

Plus généralement, étant donné r > 0, supposons que pour tout s > r, le coef- 
ficient (j)j,- s de x~ s dans (f)j soit indépendant de j; alors pour tout s > r, (j)j,- s 
appartient à A'. 

La seconde assertion se déduit de la première en tensorisant par L_^. _ pX - P 
et en itérant. 

Compte tenu de ce qu'un anneau noethérien intégralement clos est inter- 
section de ses localisés en les idéaux premiers de hauteur 1, on peut d'emblée 
remplacer A par un tel localisé puis par son complété, qui est un anneau de 
valuation discrète complet, et il s'agit de montrer que les 4>j- p sont entiers sur 
A. La proposition 3.3.1 est alors conséquence immédiate du résultat plus précis 
suivant, qui fournit une sorte de forme normale pour V(9). 

Théorème 3.3.2. Soit A un anneau de valuation discrète complet, de corps de 
fractions K, de corps résiduel k. Soit M un module différentiel de rang \x sur 
A((x)) (pour la dérivation d = x-^). Si carfc ^ 0, on suppose que [x < carfc. 
Soit d le dénominateur du rang de Poincaré-Katz p de M. 

Alors il existe une base n de M A ,, x i/ d ^ dans laquelle la matrice de V(<9) est 
de la forme 

x- p G{x), avec G(x) G M^(A[[x 1/d ]]). 

En outre, si p > 0, l'ensemble des valeurs propres non nulles de G(0) coïncide 
avec l'ensemble des 4>j,- P - 

Démonstration. D'après la théorie des polygones de Newton de séries de 
Laurent (cf. [DGS, II.3]), l'anneau A((x)) est principal, de sorte que M est 
automatiquement libre sur A((x)). Fixons-en une base n'. 

Le corps de fractions de A((x)) est un sous-corps de F = K((x)) que nous 
notons provisoirement Fq. Par ailleurs, puisque car/c = ou > fi, il existe 
un vecteur cyclique pour le module différentiel M k ^ x ^ (obtenu par réduction 
modulo l'idéal maximal m de A). Relevons-le en un élément m de M. Alors m 
est un vecteur cyclique pour le module différentiel Mp - En effet, il suffit de voir 
qu'il l'est sur une extension différentielle convenable de Fq, par exemple le corps 
de fractions du complété m-adique A((x)) m de A((x)) (ce complété m-adique est 
lui-même un anneau de valuation discrète complet pour la topologie m-adique, de 
corps résiduel k((x))). Or, par le lemme de Nakayama, le plus petit sous-module 

de M ttt"^, stable sous d et contenant m est M tt~^ lui-même puisqu'il en est 

^(0)) m A (W) m 

ainsi modulo m. Posons 

m = (m,V(ô)(m),...,V(ô)' 1 - 1 (m)). 



15 



Pour simplifier les notations, remplaçons d'emblée x par x 1 ^ et p par l'entier 
dp. 

Alors la matrice de V(<9) dans la base 





/! 








\ 







xP 







m' = m 












Vo 





x p(p- 





de Mp est de la forme 

X - p H(x), avec H(x) G M^(K[[x]} D F ). 

Si p(M) > 0, l'ensemble des valeurs propres non nulles de H(0) coïncide avec 
l'ensemble des coefficients (f>j,- p des termes de degré — p en x dans les <f>j, cf. 
2.3.4 (ceci prouve déjà 3.3.1). 

Pour chasser les dénominateurs de H, i.e. se ramener à une matrice de séries 
à coefficients dans une extension finie entière de A, nous allons employer une 
technique éprouvée dans la théorie des équations différentielles ultramétriques 
(cf. e.g. [DGS, V.5.1]). 

Notons J G M fJi (A((x))) la matrice de passage de n' vers m': 

m' = n'J. 



Le problème est que son déterminant n'est pas nécessairement inversible dans 
A((x)). D'après la théorie des polygones de Newton de séries de Laurent ([DGS, 
II.3]), det J est produit d'un polynôme ip G A[x] unitaire et d'un élément in- 
versible de A((x)). Soit A" l'extension entière obtenue par adjonction des racines 
de ip et K" son corps de fractions. Alors J se factorise en 

J = J'(J"y\ avec J' G GL„(A"((x))), J" G GL„(K"[x] ) 

(l'indice désignant la localisation en 0). 

En effet, soit £ l'un des zéros de (p. Pour établir cette factorisation, on se 
ramène par récurrence (sur le nombre et la multiplicité de ces zéros) à trouver 
une matrice J" G GL^(K"[x] ) telle que JJ[' n'ait pas de pôle en £ et que 
ordç det JJ" < ordç det J. Soit Ai, . . . , G A les coefficients d'une relation de 
dépendance linéaire non triviale entre les colonnes of J\ x= £. On peut supposer 
que l'un d'entre eux, soit Ai, vaut 1, et il est facile de voir que 



\xl{x-i) 0, 

V(s-fl 
\i+i/{x-Ç) 



\ 



,i-i 



16 



/ "Ai Oj_i )(L( _i\ 



(d'inverse (J'{)- 1 = 












) remplit cet office. 



\0 



fx—i,i—l 



X 



I 



Grâce à la factorisation J = J'(J") 



on voit que 



n" := n'J' = m' J' 



engendre un A" [[x]] -réseau M" de M^jjj)) stable sous x p <9 = x p+1 J^. Alors 
M = M" n M est un A [[x]] -réseau de M, stable sous x p d, et toute base n de M 
convient pour la première assertion de 3.3.2. 

La matrice de x p d dans la base n" est (J")~ 1 H(x)J" + (J")~VdJ". Soit 
G{x) la matrice de x p d dans n, vue comme base de M". Comme la classe de 
conjugaison de G(0) ne dépend pas du choix de la base, c'est aussi celle de if (0). 
En particulier, les valeurs propres de G(0) sont les mêmes que celles de H(0), et 
celles non nulles sont donc les (f>j,- p si p(M) > 0. □ 

3.4. Points stables, points tournants. Revenons à la situation de 3.2. On 
note NP(M) le polygone de Newton du module différentiel Mp (relativement à 
la valuation x-adique). 

Théorème 3.4.1. Soient P un point de Z = Spec A, Ap le localisé de A en P, 
et Kp son corps résiduel. 

1 ) Les cinq conditions suivantes sont équivalentes: 

i) quitte à remplacer Spec A par un voisinage de Zariski de P, les <j>j sont 
dans x~ l / e : A'[x~ 1 / e ] et vérifient la condition 

(*) 4>j (resp. 4>i — <f>j) est inversible dans A'((x l / e )) si non nul (resp. si i ^ j), 
et la décomposition de Turrittin-Levelt de M K ,// x i/ e \\ descend sur A'((x l / e )), 

ii) idem en remplaçant A' par le semi-localisé A' p , 

iii) les coefficients des termes de plus bas degré des <pj (resp. fa — <pj) sont 
des unités dans A' p , 

iv) on a égalité de polygones de Newton 

(**) NP(M {P) ) = NP(M), NP(£ndM [P) ) = NP(£ndM), 

v) pour tout germe (formel) de courbe € coupant x = transversalement 
en P, on a égalité de polygones de Newton 



NP{M € ) = NP(M), NP(£ndM<r) = NP(£ndM). 



17 



2) Si A est un anneau régulier, ces conditions entraînent qu'on peut choisir A' 
étale sur A au-dessus d'un voisinage de P. 

Définition 3.4.2. Nous dirons que P de Z est un point stable pour M s'il 
vérifie les conditions équivalentes de 1) ci-dessus. Un point qui n'est pas stable 
est dit tournant. 

Il est clair qu'un point stable est semi-stable au sens de 3.2.4. La terminolo- 
gie "point tournant" est conforme à la tradition en analyse asymptotique (cf. 
[W]). Le théorème 3.4.1 est d'ailleurs proche de la caractérisation des points 
tournants donnée dans [Se], et raffine des résultats de [BaV, 5.7]. 

Corollaire 3.4.3. Les points tournants forment un fermé, vide ou purement de 
codimension un, de SpecA 

Démonstration. Cela découle du critère ii) pour les points stables et du Haupt- 
idealsatz de Krull. □ 

Exemple 3.4.4. Pour Z = A 1 = Specfc[x2] et = x<ijx\, l'unique point 
tournant pour est 0, qui est semi-stable. 

3.5. Preuve de 3.4.1. 1) Les implications i) => ii) => iii) et v) => iv) sont 
immédiates, et iii) => v) est aisée: noter que si P' est l'un quelconque des points 
de SpecA au-dessus de P, les degrés en 1/x de 

(j)j(P'), resp. fa, resp. (f)i(P') - (j)j(P'), resp. & - fa (i + j) 

apparaissent comme pentes de 

NP(M (P) ), resp.NP(M), resp. NP(£ndM (P) ), resp. NP (End M), 

compte tenu de 3.1.2. 

Prouvons iv) => ii). Pour cela, on peut remplacer A par Ap, puis par son 
complété (compte tenu de la remarque 3.2.2); supposons donc que A soit un 
anneau de valuation discrète complet, et P le point fermé de Z = SpecA 
On procède par récurrence sur le rang p, en remarquant que la condition iv) est 
stable par facteur direct. Le cas p = 1 est immédiat. Par ailleurs, le cas p = 
étant trivial, on peut supposer p > 0. 

Supposons d'abord qu'il n'y ait qu'un seul 4>j. Il découle alors de 3.3.1 que 
4>j est à coefficients dans A' fl K = A. En outre, la condition iv) implique que 
<fij,-p est une unité de A, ce qui établit ii) dans ce cas. 

Supposons dorénavant qu'il y ait plusieurs 4>j. Fixons j, et posons 

p' = max -v x ((f>i - 4>j) e]0,p]. 

Il découle de 3.3.1 que la composante 4>j p de <f>j de degré < — p' est à coefficients 
dans A'. En outre le module différentiel 

M' = M (g) L ^<_ p / 



18 



a au moins deux pentes, et son rang de Poincaré-Katz est p'. C'est donc aussi 
le rang de Poincaré-Katz de End M'. Par ailleurs, la condition iv) implique 
N P(£nd M', P j) = NP(£nd M'). On tire de là que les coefficients (f>i,- p > — 4>j,-p' 
sont ou bien nuls, ou bien inversibles dans A' , et les deux cas interviennent. 

Le lemme de décomposition 2.2.1 (point 1) s'applique alors à la dérivation 
ô = x p +l -§^ de vl'ffx 1 / 6 ]] (qui est un anneau complet d'idéal maximal m engendré 
par l'idéal maximal de A' et x), et au A / [[x 1 / e ]]-réseau M' engendré par une base 
n comme dans 3.3.2. D'où une décomposition du module différentiel M' A ,^ xl/e ^, 
donc aussi de M A ,^ x i/ e ^, ce qui permet de diminuer p tout en respectant la 
condition (**) sur les polygones de Newton. On en déduit, par récurrence, que 
la décomposition de Turrittin-Levelt de M K ,,, x i/^ descend sur A'^x 1 ^)). Il 
est alors clair que la condition iv) implique ii). 

Pour terminer la preuve du point 1), il suffit d'établir iii) => i). La condition 
iii) étant locale, elle implique (compte tenu de ce qui précède) iv) et ii) en tout 
point P' d'un voisinage affine U de Zariski de P dans Z, ce qui, compte tenu de 
la remarque 3.2.2, implique i). 

Démontrons le point 2). On peut supposer qu'il n'y a qu'une seule pente 
p > 0. On sait que l'on peut prendre pour K' l'extension de K engendrée par 
les coefficients des cj)j (2.3.4), qui par hypothèse sont entiers sur A. Il s'agit donc 
de démontrer que les A[<t>j-^\ sont des extensions étales de A. Le théorème de 
pureté de Zariski-Nagata (cf. [SGA 1, X.3.1) permet encore de remplacer A par 
le complété d'un localisé en un premier de hauteur 1 quelconque. On peut donc 
supposer de nouveau que A est un anneau de valuation discrète complet. 

Commençons par montrer que les A[(f>j t ^ p ] sont étales sur A. Pour tout 
élément i du sous-groupe d'inertie / de Gal(K' /K), et toute valeur propre 4>j,- p 
de H(0) (notation de 3.2.2), t((pj : ^ p ) en est une autre (f>i,- p , et 4>i,- p — 4>j,~p 
est dans l'idéal maximal de A'. De ce que les segments de pente maximale p 
coïncident pour NP(£nd M(p)) et pour NP(£nd M), on déduit que 4>i,-p = 
4>j,- p - Donc les 4>j,-p son t fi xes sous !■> i- e - son t dans une extension non ramifiée 
de A (contenue dans A'). 

En tordant M par L_ ( j ) . _ pX -p, où j réalise le minimum des nombres ra- 
tionnels min^j VA'{4>i,- P — ( t ) j,~p)^ e t en itérant, on trouve que tous les (f>j : -k 
sont dans une extension non ramifiée de A. □ 

3.6. Les diviseurs Dz >a (M). Rappelons que Gal(F'/F) permute les com- 
posantes M^.^p, de la décomposition (3.2.1.1) en permutant les 4>j {cf. 2.3.1, 
2.3.4). Soit a l'une des pentes non nulles de Mp (cf. 2.4). Notons Ji a \ l'ensemble 
des j pour lesquels (f>j G F' apparaît dans la composante de Mp> de pente a. 
Écrivons le terme de 4>j de plus bas degré en x sous la forme 

avec (f)j : -a G K'. Pour a G J{ a )i notons pj la dimension de Rj,F' sur F', et 
posons 



19 



de sorte que cr./i( CT ) est l'irrégularité de la composante de Mp de pente a. 
Il est alors clair que l'expression 

(3.6.1.1) <p a ( X )= n ^ - <f>j,- a )^ 

est un polynôme dans de degré égal à a./j,r a \. 

Si tous les points de Z = Spec^4 sont semi-stables, on a même (fi a (x) G A[x], 
et ce polynôme définit un diviseur de Weil positif 

D Z>Π(M) = (ip a (x)) G Div(SpecA[x]). 

Chacune de ses composantes est finie sur Z, et étale au-dessus des points stables. 



4. Evitement des points tournants par éclatement. 

Dans ce paragraphe, on s'intéresse à la structure formelle des modules à con- 
nexion intégrable à plusieurs variables x±, X2, ■ ■ ■ , xj, à pôles le long du diviseur 
lisse x\ = 0. Le corollaire 4.3.3 jouera un rôle crucial au §7. 

4.1. Connexions méromorphes formelles sur X. On suppose maintenant 
que A est une algèbre noethérienne intègre et formellement lisse de dimension 
d — 1 sur un corps algébriquement clos k. En pratique Z = Specvl sera une 
variété connexe lisse sur k, ou parfois le complété d'une telle variété en un point 
fermé P. 

On considère un schéma formel affine x-adique 

SpîA[[x]}, 

dont on identifie la fibre spéciale 3C re d à Z (sous-schéma fermé défini par x = 0). 
On appelle faisceau des fonctions méromorphes formelles sur X à pôles le long 
de Z le faisceau 

O x (*Z) :=O z ((x)) = O x [-]. 

x 

On appelle faisceau des formes différentielles méromorphes formelles sur X à 
pôles le long de Z le Ox(*Z)-modu\e (localement libre de rang d) 

n x (*z) := çi 1 z {{x))®o x {*z).dx. 

X 

Les formes différentielles à pôles logarithmiques le long de Z en forment le sous- 
0£-niodule 

n\(\o g z)^n\[[x]]®o x .—. 
20 



On se donne par ailleurs un A((x))-module projectif de type fini 9JI (vu 
comme Ox(*Z)-module) muni d'une connexion intégrable relative à k: 

V: Wl^Wl® 0x (*z) iïx(*Z). 

Par abus de langage, on dira que 9JI est une connexion méromorphe formelle sur 
X à pôles le long de Z. 

Remarque 4.1.1. La projectivité de 9JI est automatique: c'est un fait général, 
indépendant de l'intégrabilité, qui vient de ce que l'anneau différentiel A((x)) 
est simple (eu égard à d = xj^ et aux fc-dérivations de A), cf. [Al, 2.5.2.1]. 

Remarques 4.1.2. 1) Les connexions méromorphes formelles de rang un à 
pôles le long de Z sont celles de la forme £ w = (Ox(*Z), V(l) = u), tu G 
fl^.(*Z), du = 0. Avec les notations du paragraphe précédent, on pose (d, u) = 

Une telle connexion £ w est régulière si et seulement si u> G fi^(logZ). 
Ajouter à u une différentielle fermée dans Vt\{\ogZ) revient donc à tordre £u 
par une connexion régulière de rang un, ce qui permet de se ramener au cas où 
<j> G de degré en ^ égal au rang de Poincaré-Katz p de 2^ relativement à 

d le long" de Z (cf. 2.5.3). 

2) Si A est local complet de caractéristique 0, le lemme de Poincaré formel permet 
d'écrire 

(4.1.2.1) u = e— +d(x- p .a), 

x 

où e G fc, a G Ox- On peut alors écrire la connexion 2,^ sous la forme 

(4.1.2.2) x e e x ~ P - a .O x (*Z) 
et on a 

(4.1.2.3) d{a) - pa = {(f) + e)x p . 

Dans le cas où G -^4[-], on a e = 0, et on en déduit qu'on peut choisir de 
manière unique a G A[x], nul ou de degré < p en x. Un point P G SpecA est 
stable si et seulement si a(0) ne s'annule pas en P. 

3) Si A est local complet de caractéristique 0, il est bien connu que les connexions 
méromorphes formelles régulières ( à pôles le long de Z) sont extensions itérées 
de connexions méromorphes formelles régulières de rang un. 

Esquissons une démonstration dans le cas d = 2, c'est-à-dire A = k[[x2]]- Soit n 
une base de M dans laquelle la matrice G de d est à coefficients dans k[[x2, x]] (il 
en existe d'après 3.3.2). L'intégrabilité entraîne que les valeurs propres de G sont 
dans k. Un argument classique de changement de base (en commençant par des 
cisaillements pour que ces valeurs propres soient distinctes modulo Z) permet 
ensuite de supposer G à coefficients dans fc[[x2]]. P ar intégrabilité, la matrice de 



21 



V(x2g§^-) est aussi à coefficients dans fc[[#2]]- n conclut par la théorie à une 
variable xi (voir aussi [S2 III. 2. 1.1]). 

4.2. Cas où les points de Z sont semi-stables ou stables. Si tous les 
points de Z sont semi-stables pour 9JÎ, on a une décomposition (3.2.1.2) de 
l'image inverse Wl' de 971 sur Spf ^'[[x 1 / 6 ]] compatible à l'action de d = x-^, 
ainsi qu'une décomposition de 97Î suivant les pentes (3.2.5). En outre, si tous les 
points de Z sont stables pour 97Î, alors d'après 3.4.1, A' est étale sur A, donc 
formellement lisse sur k. 

Proposition 4.2.1. Si tous les points de Z sont semi-stables, la décomposition 
de 971 suivant les pentes est une décomposition de connexions méromorphes 
formelles. En outre, si tous les points de Z sont stables, alors la décomposition 
(3.2.1.2) de Dît' est une décomposition de connexions méromorphes formelles. 

Démonstration. Le point est l'intégrabilité, qui résulte de 2.5.1,1) et 2.5.2. □ 
La remarque 2.5.3 s'applique aussi dans ce contexte. 

Considérons le dual T^,z de f^(logZ), et le morphisme 

: ®z — > (Tx,z)\z 

dual de l'application résidu. Le choix d'une dérivation continue d G T(Tx t z) 
dont la restriction à Z est t(l) identifie le fibré normal NzX à SpecA[x], d 
s'identifiant alors àx^, cf. [AB, 1.1.4.5]. 

Supposons que les points de Z soient semi-stables pour 97Î, et soit a une 
pente non nulle de 97t. Alors le diviseur de Weil positif Dz iCr (97î) {cf. 3.6) 
s'interprète comme diviseur sur Nz% ■ 

Lemme 4.2.2. Cette interprétation est canonique, i.e. ne dépend pas du choix 
de d. 

Démonstration. D'après 3.2.5, on peut supposer que 9JI a une seule pente 
g. En outre, par descente, on se ramène au cas Z = Z', e = 1. Toute autre 
dérivation continue de 0(3C) ayant les mêmes propriétés s'écrit u.d + vxd' où 
u est une unité principale x-adique {i.e. vaut 1 modulo l'idéal Tz de Z), v est 
entier x-adique, et d' commute à d. D'après 2.5.1 2) (appliqué à la composante 
971(0-) de 9JÎ de pente er), vxd' ne contribue pas au terme de plus bas degré en 
x dans Ainsi, l'inverse x Œ (j)J 1 i a de ce terme est un élément bien défini de 
r(Tg/J| +1 ) C 0{N z X), et D Z ,J{M) un diviseur bien défini sur N Z X . □ 

Remarque 4.2.3. Dans le cas particulier où Z est une courbe sur k de caracté- 
ristique nulle, ce 1-cycle D^ iCr (97î) C Nz'X. coïncide avec celui que Sabbah ([SI], 
[S2, 1.3.1]) a construit en projetant sur Nz% l'intersection, dans le cotangent 
T*Nz%, du 2-cycle micro-caractéristique CCh' z a {VJt) (au sens d'Y. Laurent) et 



22 



du 2-cycle image inverse du point 1 par le morphisme d'Euler T*NzX — > A 1 . 
Nous n'aurons pas besoin de ce fait^ 9 ). 

4.3. Stabilisation par éclatement. Un germe de courbe <£ sur X est un point 
fermé de Spec A[[x\] \Z, ou, ce qui revient au même ([BoL 3.4]), un sous-schéma 
formel x-adique fermé de X du type Spf B, où B est local intègre de dimension 
1. 

On se donne un germe £ de courbe lisse (i.e. = Spf B avec B comme ci- 
dessus et régulier) sur X coupant Z transversalement en un point fermé P. Un 
tel germe correspond à une section du morphisme structural X — > Spf fc [[#]], et 
quitte à changer l'isomorphisme X = Spî A[[x]], on se ramène au cas où l'idéal 
de £ est engendré dans Ox par des générateurs de l'idéal de P dans Z. 

Considérons la suite d'éclatements formels (cf. [BoL]) 

n+1 * 7 ' ' ' * — ^ 

du point P n intersection du transformé strict <£ n de <£ et de la composante E n 

du diviseur exceptionnel rencontrant <£ n , en partant de Co = £,Po = P- 

Soit Z' n la réunion des composantes de l'image inverse de Z distinctes de E n , et 

posons 

X Q n = X n \Z' n , E® = E n \ (Z' n fl E n ). 

Alors X° est un k[[x]] -schéma formel affine, et (X^red = (variété affine 
connexe lisse sur k). 

Pour tout n > 1, on dispose alors de l'image inverse 97t n de VJl sur X^, qui 
est une connexion méromorphe formelle sur X° à pôles le long de E®. 

Théorème 4.3.1. Pour n > p(9Jl) + 1, le point P n E E® est un point stable 
pour 9Jt n . 

Démonstration. Soit P' n un point stable de E^, et soit €' n le germe de courbe 
sur X° coupant E® transversalement en P' n . L'image de P' n dans X m , m < n, 
n'est autre que P m . Comme <£ coupe x = transversalement en P, on voit que 
pour < m < n, tant £ m que <£ m coupent E^ transversalement en P m . 
D'après 3.4.1, il s'agit de montrer, sous l'hypothèse n > p(Wl) + 1, que 

(**)n NP Pn (m nl€n )=NPp,(m nK J, NP Pn (£ndm nl€ J=NP P ,(£ndm nl€ , n : 

Nous allons montrer plus: 



( 9 ) En notant (x\ , X%, £i, £2) les coordonnées sur T*NzX (avec X\ = X, et X2 une 
coordonnée sur Z), le morphisme d'Euler est X±£i, et on peut montrer, en utilisant la 
remarque 4.1.2, 3), que dans le cas où a est entier, CCh' z a (9Jl) est combinaison des 
surfaces 

*r +1 6 = h,-* . + = 0, 

affectées de la multiplicité pj . 



23 



Lemme 4.3.2. Si p(VJt) < m < n, alors l'isomorphisme composé de k-algèbres 

L m : € P = k\\x\] ^O x p -»Oc p 
induit un isomorphisme horizontal 

(d'où aussi un tel isomorphisme pour tout m > 0, et en particulier (**) n pour 
m = n). 

Démonstration. Soit X2, ■ ■ ■ ,Xd un système de coordonnées étales en P G Z, 
et prenons 

, _ X2_ , _ X d 

Xn — , . . . , X r l — 

x m x m 

pour système de coordonnées étales en P m G E^. Alors, comme on l'a vu ci- 
dessus, on peut supposer que £ est défini, sur X, par l'annulation des Xi, de sorte 
que <t m est définie par l'annulation des x\. On a Ap = fc[[x]] = k[[x2, ■ ■ ■ , Xd]]. 

Il suit de 2.5.1, 2) (avec d' = d/dxi) et de 2.1.3 ii) (avec d = d/dxi) qu'il 
existe un k [ [x, x]]] -réseau M de 9Ïtp = %R®o x *z k[[x, x]]][^] et un entier N >0, 
tels que pour tout multi-indice j = (j'2, . . . , jo) de longueur | j |= + ■ • -jd, 

V(^j)(M) c x - [p{mm - N U c x- m W- N M, 

donc 

Ai 

V( t)(tt*M) C x~ N n*M. 

<9x /J 

Si car/c = 0, cela permet de définir l'opérateur 

n = V(-l)l j l-V(^-v) : vr*M — » aT^M. 
j J ' <9x /J 

On vérifie que pour tout / G fc[[x,x']] et tout e G 7r*M , II(/e) = (/|,j,/ =0 )II(e), 
ce qui montre que II induit un homomorphisme fc((x))-linéaire 

9% 9É 7T*9% m = (7T*M/(x'))[-] -> (7T*M)[-] = 7T*Sftp. 

Tout comme II, il commute à J^. En outre, II (e) = e mod (x'), d'où il suit que 
l'homomorphisme /c((x))-linéaire composé 

n'est autre que l'isomorphisme induit par i m , qui est donc horizontal. 

Si carfc 7^ 0, le même argument s'applique à condition de remplacer fc[[x']] par 
l'enveloppe à puissances divisées (le fait que l'homomorphisme de k[[x']] dans 
l'enveloppe à puissances divisées ne soit pas injectif ne pose pas problème). □ 



24 



Corollaire 4.3.3. Supposons que d(= diniZ + 1) = 2. Soit 3L\ — > X l'écla- 
tement formel des points tournants de Z (s'il en est), et construisons une suite 
d'éclatements formels 

X n -\-l * 

eu éclatant les points tournants du diviseur exceptionnel E n dans X n . Alors 
cette suite s'arrête à un pas < p(Wl) + 1. 

Démonstration. Soit P n un point fermé de non-croisement de E n , et soit 
£ n le germe de courbe sur X n coupant E n transversalement en P n . Comme la 
projection 7r n : X n — > X est une suite d'éclatements formels de points tournants 
(qui ne sont pas des points de croisement), <£ = 7r n ((£ n ) est un germe de courbe 
sur X coupant Z transversalement en un point fermé P, et <t n est le transformé 
strict de <£. Pour n < p(Wl) + 1, le théorème 4.3.1 implique que P n est stable, 
i.e. n'est pas un point tournant. □ 



5. Points de croisement, et stabilisation par éclatement. 

On s'intéresse maintenant à la structure formelle des modules à connexion 
intégrable à deux variables yi,y2, à pôles le long du diviseur à croisements nor- 
maux 7/12/2 = 0. Le lemme 5.3.1 jouera un rôle important au §6. Le théorème 
5.4.1 sera crucial aux §§ 6 et 7. 

5.1. Connexions méromorphes formelles sur 2J. On considère le schéma 
formel affine (yi, ?/2)-adique 2) = Spf k[[yi, 2/2]]- On note Q le point ïï) r ed (défini 
par y 1= y 2 = 0). 

Un germe de courbe sur 2J est un point fermé de Spec y 2 ]] \ Q, ou, ce qui 

revient au même [BoL 3.4], un sous-schéma formel (yi, y2)-adique fermé de 2) 
du type Spf S, où B est local intègre de dimension 1. 

On se donne des germes de courbes 3i, • • • , 3t? définis par des irréductibles 
fi,...ft G fc[[yi, î/2]], et on pose 3 = U3i, f = Hfi- Pour employer un langage 
géométrique comme en 4.1, on note 

0„(*3) :=k[[y 1 ,y2]}[j], 

et on appelle fonctions méromorphes formelles sur 2) à pôles le long de 3 ses 
éléments; on note 

nig(*3) :=fil M[ï/i,2/2]][}]> 

et on appelle formes différentielles méromorphes formelles sur 2) à pô/es /e font/ 
de 3 ses éléments. 

On se donne par ailleurs un (*3)-module projectif de type fini 9t muni 
d'une connexion intégrable relative à k: 

V: 9t — > 9t ® 0%) (*3) (*3)- 



25 



Par abus de langage, on dira que 91 est une connexion méromorphe formelle sur 
2} à pôles le long de 3- 

On supposera toujours que le rang v de 91 est strictement inférieur à la caracté- 
ristique de k si celle-ci est non nulle. 

Le cas qui nous intéresse dans ce paragraphe est celui de t = 2, fi = yi, f 2 = 2/2- 
On considère dans ce cas le sous- 0<$ -module 

nj,(iog3) = o*^»o*^ 

2/1 2/2 

formé des formes différentielles logarithmiques le long de 3- 

Remarque 5.1.1. La projectivité de 91 est automatique: elle vient de ce que 
l'anneau différentiel k[[yi, 2/2]][^j] est simple (eu égard à di = Vi-£p, i = 1,2), 
cf. [Al, 2.5.2.1]. 

Elle implique la liberté, car l'anneau fc[[yi,2/2]][^^] est principal. 

Remarques 5.1.2. 1) Les connexions méromorphes formelles de rang un à 
pôles le long de 3 sont celles de la forme £ w = (02j(*3), V(l) = a;), tu E 
fi|,(*3), du = 0. On écrit 

(5.1.2.1) w = ^ 1 ^i + ^ 2 ^ ) 9 1 (V 2 ) = ô 2 (Vi). 

2/1 2/2 

Une telle connexion 2,^ est régulière si et seulement si w G f2^(log3)- 
2) En caractéristique 0, on peut écrire 

(5.1.2.2) u = ei ^l + €2 ^l + d (y^\y^a), 

2/1 2/2 

où ei, e 2 G k, a G 02), et pi est le rang de Poincaré-Katz de £^ relativement à 
di le long de y\ = 0, i = 1, 2. On peut alors écrire £^ sous la forme 

(5.1.2.3) ^y 2 2 e^ P1 -^ P2 - a .0x(*3) 
et on a 

(5.1.2.4) di{a) - Pi a = (^ + e^Z/f y%>. 



3) En caractéristique 0, il est bien connu que les connexions méromorphes for- 
melles régulières (à pôles le long de 3) sont extensions itérées de connexions 
méromorphes formelles régulières de rang un. Nous n'aurons pas besoin de ce 
résultat (dont la preuve est un peu plus subtile que celle de 4.1.2, 3)). 

5.2. Points de croisement semi-stables. On pose F\ = fc((2/2))((z/i)) (resp. 
F2 = k((yi))((y2))), muni de la valuation yx-adique (resp. y 2 -adique). On note 



26 



pi = pi(9t) (resp. P2 = P2(yt)) le rang de Poincaré-Katz du module différentiel 
m Fl (resp. m F2 ). 

Quitte à remplacer y\ et î/2 par yf et yf avec e \ u\, on dispose alors des 
décompositions de Turrittin-Levelt, pour i = 1,2 (avec les notations de 2.3.1): 

(5.2.1.1) , m Ft = ©,■<% jtFi 

Les <pij G ^k((y2))[^] sont de degré > — p\ en yi, l'un des <f>ij au moins étant 
exactement de degré — p\ (resp. <f>2,j G ï^(G/i))[^-] degré > — pi en y 2 , l'un 
des 02 j au moins étant exactement de degré — p 2 )- 

Ce paragraphe est dévolu à l'étude de la (double) question suivante. 

Question 5.2.1. i) A-t-on, quitte à remplacer y± et 2/2 par yf et yf avec e \ v\, 
une décomposition de 91 lui-même 

(5.2.1.2) Vt = ®hWo h 
avec^ 10 ^ 

où 

- les uJh G 0|j(*3) désignent des formes différentielles méromorphes formelles 
fermées (duoh = 0), dont les classes ooh modulo f2|^(log3) sont deux à deux 
distinctes, 

- £ Wh est le 0%) (*3) -module à connexion intégrable de rang 1 attaché à UJh, 

- 9\h est un Ca)(*3) -module à connexion intégrable régulier (relativement à d\ = 

ii) Si oui, quels sont, pour i = 1,2, les liens entre les ipi : h '■= (di,ooh) et les 
4>ij, resp. entre la décomposition (5.2.1.2) et les décompositions (5.2.1.1), ? 

La réponse à 5.2. li) est positive en rang v = 1. En revanche, sans hypothèse 
supplémentaire, la question a une réponse négative: 

Contre-exemple 5.2.2. Le contre-exemple 3.1.3 sert aussi bien ici; en fait il 
provient d'une connexion intégrable, donnée, dans une base (mi, 777,2), par 

V(0<)(mi) = (-îr^mi, V(9i)(m 2 ) = (-1)^, (i = 1,2). 

yi 



(!0) y n 'y a nu u e p ar t risque de confusion entre l'indice h et le corps de base. 



27 



Une décomposition (5.2.1.2) ne peut avoir lieu, même après ramification, et 
même si l'on n'impose pas aux uj^ d'être deux à deux distinctes. En effet, on 
aurait compatibilité à la décomposition de Turritin-Levelt de 91^ (cf. ci-dessous 
5.3.1): 

9ÎFi = £m F © £ ,Fi , 

VI ' 

où e y2 ^ Vl mi forme une base horizontale du facteur £«2 f , tandis que, en notant 

V\ ' 1 

oo 

e(x) = ^2(-l) n n\x n+1 
o 

la série d'Euler [E], e(yi/y 2 )mi+m 2 forme une base horizontale du facteur £o,Fi- 
Or, en caractéristique 0, e(y 1 /y 2 ) £ k[[y u V2]][^]- 

Défininition 5.2.3. Nous dirons que le point de croisement Q est semi-stable 
pour 9Î si la question 5.2. l.i) a une réponse positive. 

Remarque 5.2.4. Si 9t n'a pas de pôle le long de y 2 = 0, cette définition est 
compatible à 3.2.4. 

Lemme 5.2.5. Si Q est un point de croisement semi-stable, la décomposition 
(5.2.1.2) est unique. 

Comme en 2.3.1.2), cela découle de ce que si lu et u/ sont distincts modulo 
îîJ,(log3), alors #om v (£^ ® 9t, £ w ' ® 9tf) = car £ u ,'_ w est irrégulier. CD 

5.3. Supposons que Q soit un point de croisement semi-stable, et examinons la 
question 5. 2.1. h). Observons qu'on a une décomposition canonique, stable sous 

/ro.ïN fc [[yi'2/2]]by ^ 1,.. ...1. 1 jr l 1. l jr . .,.1. 

5.3.1.1 —- - -k [[y 2 — © © —A; yi -, 

k[[yi,y2\] yi yi yiy2 yi y2 2/2 y2 

ce qui donne, en regroupant les deux premiers termes: 

(5.3.1.2) ""f 1 * L «<»))fr * -"^h- 

k[[yi,y2\\ yi yi 2/2 2/2 

Le morphisme naturel 

(5.3.1.3) ^ : %J*âï! _ a, i Mte ))[i] 

correspond à la projection sur le premier facteur dans la décomposition (5.3.1.2), 
qui est compatible aux <9j. Symétriquement pour 

{ 1 k[[ yi ,y 2 ]] H( yi ))[[y 2 ]] 2/2 KKyim V2 l 

Compte tenu de l'unicité de la décomposition de Turrittin-Levelt (2.3.1, 2)), 
on obtient: 



28 



Lemme 5.3.1. Pour i = 1,2, la décomposition 
(5.3.1.7) 91 = ® h 91^ , * z„ h ® m h , 

induit par tensorisation avec Fi une décomposition qui raffine celle de Turrittin- 
Levelt 

(5.3.1.5), Wû> H ®Fi. □ 

Remarque 5.3.2. Si 01 provient d'une situation algébrique ou analytique, il en 
est de même des 0^-, et donc aussi de même des ûj. Ceci donne une preuve 
simplifiée de [S2, 1.2.4.4, 2.4.5]. 

5.4. Semi-stabilisation des points de croisement par éclatement. Dans 
l'exemple 5.2.2, Q n'est pas semi-stable, mais on constate que le problème 
disparaît après éclatement de Q. C. Sabbah a démontré qu'il s'agit là d'un 
phénomène général. 

Considérons une suite d'éclatements formels 

tt: ïï)'^ïï) 

d'abord de Q puis de points de croisement des diviseurs exceptionnels successifs. 
On sait qu'une telle suite d'éclatements, dite torique, correspond à un éventail 
régulier du premier quadrant de R 2 . Les cartes toriques sont isomorphes à 
A 2 (convenablement complété). La trace de l'image inverse de 3 dans une telle 
carte est la réunion des axes de coordonnées. Dans celle associée au cône d'arêtes 
passant par (a,b) G N 2 et par (c,d) G N 2 , avec ad — bc = 1, les coordonnées 
adaptées (2/1,2/2) son t données par 

(5.4.1.1) 2/1 = (yi) a (y 2 ) 6 , 2/2 = (yi) c (2/ 2 ) d . 

Posons uj = 0i^ + (j> 2 ^. Alors on a tï*uj = <\)'J4- + 2 #, où 
T yi T V2 T 1 y 1 z y 2 

(5.4.1.2) 0i = a.cpi + c.0 2 , 02 = b.<j>i + d.fa. 
Dualement, 

(5.4.1.3) y^ = Mdy[^r-cy' 2 ^ n^^-b^+aû-^). 

Par image inverse 91 fournit un module à connexion intégrable sur 2)', et 
par complétion en (2/1,2/2)) on obtient un module du type considéré dans ce 
paragraphe, au voisinage formel du point de croisement Q' : y[ = y' 2 = 0. 



29 



Théorème 5.4.1. (Sabbah). Supposons c&rk = 0. Il existe une suite finie n 
d'éclatements formels toriques telle que tout point Q' de croisement de tt~ 1 (Q) 
soit semi-stable pour l'image inverse de 9t. Ceci reste valide si l'on continue à 
effectuer des éclatements toriques. 

La preuve de [S, III 4.3.1] utilise la méthode des orbites nilpotentes de 
[BaV] ; en voici une qui évite les complications inhérentes à la méthode de [BaV] . 

Démonstration. On raisonne par récurrence sur le rang v du 2/2]] [^7^]" 

module libre 9t (cf. 5.1.1). Il n'y a rien à démontrer pour v < 1. 

Lemme 5.4.2. (carfc = ou bien > v.) Après ramification modérée de même 
degré autour de y\ = et de y 2 = 0, il existe une suite tt' d'éclatements toriques, 
un ensemble fini A C k, et, dans chaque carte torique, une base n(A) de l'image 
inverse de 

dans laquelle la matrice de 

„,., d . d 

d(X) := yi— + Xy 2 — 
dyi dy 2 

n'a pas de pôle ou bien s'écrit, dans les coordonnées adaptées (y'i,y 2 ), sous In- 
forme 

(y'i)~ ri (y'2)~ r2 G(\, y[, y 2 ) 

avec r\,r 2 > non tous deux nuls, G(X,y' 1 ,y' 2 ) G M„(A;[À]A[[z/i, y 2 ]]), et où pour 
tout Ao ^ A, G(Xq, 0, 0) G M u (k) n'est pas nilpotente. 

Démonstration. Soit m G 91 un vecteur cyclique pour 91 ® Prac(fc[[yi, 2/2]]) 
relativement à 9(0) = î/ig^- Dans une base convenable de 

f\m^k[X][[ yi ,y 2 }][—], 
' N ym 

on peut donc écrire d'une part 

m A d(0)m A ... A d^Y^m = g(y u y 2 ) G k[[y u y 2 }}, 

où g n'est pas divisible par y± ni par y 2 , et d'autre part 

m A d(X)m A ... A d(X) u ~ 1 m = y^ Sl y 2 S2 .g(X, yi , y 2 ) G k[X] [[ yi , y 2 }}, 

où g(X, y u y 2 ) n'est pas divisible par y x ni par y 2 et g(0, y u y 2 ) = y^y^giyi, y 2 ) ^ 
0. Alors pour tout Ao hors d'une partie finie A' C k, 

ord yi g(X , yi, 0) < ord yi g(X, yi,0), ord y2 g(X Q , 0, y 2 ) < ord y2 g(X, 0, y 2 ). 

30 



Ces bornes uniformes permettent de "chasser" tous les diviseurs g(\o, yi, 2/2) = 
par éclatements toriques: il existe une suite ir" d'éclatements toriques telle 
que dans chaque carte torique, et pour tout Ao ^ A', le transformé strict de 
<?(Ao, 2/1,2/2) = ne rencontre aucun croisement de (n")^ 1 (Q). Ainsi 

m(A) = (m, 3(A)(m), . . . , d(Xy-\m)) 

fournit une base cyclique de l'image inverse de 9T A relativement à <9(A), et en 
induit une après spécialisation en tout Ao ^ A'. 

Il en est encore de même si l'on effectue au départ une ramification modérée 
de même degré e autour de y\ = et y 2 = (une telle ramification commute aux 
éclatements toriques, donc à ir", et divise d(X) par e). Cela permet de supposer 
que les rangs de Poincaré-Katz pi,p2 le long des axes adaptés y\ = 0,y' 2 = 
de chaque carte torique sont entiers. Modifions alors m(A) en une base 



m(A) 



( l \ 

(yi) Pl (y 2 ) P2 



\o (yi) pl(i/_1) (2/2) p2( " _1) / 

et écrivons la matrice de <9(A) dans cette base sous la forme 

y7 P y2 P2 #(A, 2/1,2/2) 

avec H(X,y' l ,y' 2 ) G M„(k[X] A > [[y\, y' 2 \] [^D- Le P oint 2 ) du théorème de 
Turrittin-Katz 2.1.2, appliqué au corps y^-adiquement complet k(X)((y' 2 ))((y'i)), 
montre que H(X, y'i,y' 2 ) est à coefficients dans k(X)((y' 2 ))[[y' l \] et que si p\ > 0, 
H(X,0,y' 2 ) n'est pas nilpotente. Idem en échangeant y 2 et y[. En outre si l'un 
des pi est nul, disons p\ = 0, on peut encore se ramener au cas où H(X,0,y' 2 ) 
n'est pas nilpotente en multipliant la base par y[ (ce qui a pour effet d'ajouter 
{y' 2 Y-I u kH). 

On trouve donc une base n(A) dans laquelle la matrice de <9(A) 

- n'a pas de pôle si p\= p 2 = 0, 

- s'écrit sinon 

y'i Pl y'2 P2 H(X, y'i,y' 2 ), avec H(X, y\, y' 2 ) G M„(fc[A] A '[[î/i, y' 2]]), 

H(X,0,y' 2 ) et H(X,y' 1 ,0) étant non nilpotentes. Autrement dit 

h(X , y'^y'^t) := det(t./„ - H(\ , y' 1 ,y' 2 )) -t" e k[[y\,y' 2 ]\ [t] 

n'est pas divisible par y' 1 ni par y' 2 , et il en est de même si on spécialise t en 
to G k convenable, fixé. Alors pour tout Ao hors d'une partie finie A D A', 

ord^ h(X o ,y' 1 ,0,t o ) < ord^ h(X, y[, 0, t ), 



31 



ordy/ h(\ , 0, y 2 , t ) < ord^ h(X, 0, y 2 , *o)- 

Grâce à ces bornes uniformes, il existe une suite d'éclatements toriques telle 
que dans chaque carte torique et pour tout Ao ^ A, le transformé strict de 
h(Xo,y' 1 ,y' 2 ,to) = ne rencontre aucun croisement du diviseur au-dessus de 
Q. Chacune de ces cartes admet pour coordonnées adaptées y 1,2/2 avec y[ = 
(î/i)°(î^') 6 > y'2 = (2/1 ) c (2/2 ) d avec a,b,c,d > 0, ad - bc = 1. On voit donc que 
n(À) fournit une base où la matrice de <9(A) s'écrit 

avec G(X, y", y 2 ) = H(X,y\,y' 2 ) G M u (k[X] A M,y^]]), et 

det(t.I v - G(A , y'/, y 2 ')) - *" = M^o, y\, y' 2 , *) e « , y 2 ']] [i] 

ne s'annule pas en y" = y 2 = 0. Donc on obtient que pour tout Ao A, 
G(Ao, 0, 0) G M u (k) n'est pas nilpotente. □ 

A partir de ce lemme, la preuve du théorème suit celle de [S, III. 4. 3.1]: en 
tordant par une connexion de rang un, on peut supposer f\ u 91 régulier. On 
complète la suite d'éclatements toriques en subdivisant l'éventail correspondant 
de manière à ce que tout cône possède une arête dont le vecteur primitif (a, c) est 
tel que l'image de a dans k soit non nulle et que l'image de c/a ne soit pas dans 
A (c'est uniquement là que l'on utilise l'hypothèse car/c = 0), et pour laquelle le 
diviseur associé est une composante du diviseur polaire de d(c/a) si ce dernier 
est non vide. 

Soit alors une carte torique, de coordonnées adaptées y[, y 2 . Supposons que 
y[ corresponde à une arête dont la pente Ao = c/a n'est pas dans A. Dans la 
base n(c/a) de l'image inverse de 9t, la matrice de yi^r = a.d(c/a) est donc de 
la forme 

avec G(y[,y 2 ) G M u (k[[y[, y 2 ]]), et G(0, 0) n'est pas nilpotente dès lors que r± 
et r 2 ne sont pas tous deux nuls. Comme f\ u 9Î est régulier, (7(0, 0) est en outre 
de trace nulle, donc elle a deux valeurs propres distinctes. Si n et r 2 ne sont 
pas tous deux nuls, le lemme de décomposition 2.2.1 (points 1) et 3)) s'applique 
aux dérivations ô = (yi) ri+1 (y 2 ) r2 £r et S' = (y^ 1 (y 2 ) S2+1 ^r de k[[y[,y' 2 ]] 

(pour si,s 2 > convenables) et au k[[y[, y 2 ]]-réseau engendré par n(c/a) (on 
pourrait, alternativement, invoquer 2.5.1, 1) et 2.2.2); d'où une décomposition 
de la connexion formelle (intégrable) 91, ce qui permet de diminuer u. 

Si au contraire r\ = r 2 = 0, on remarque que la connexion est régulière le 
long de y[ = et y 2 = 0: en effet, elle l'est non seulement pour la dérivation 
y[ -jjjjjr mais aussi pour toute dérivation du type <9(Ai) avec Ai hors de A et distinct 

de l'image de c/a (on peut aussi invoquer 2.5.2). 

Enfin, pour montrer qu'on peut choisir la ramification en yi et y 2 de degré 
e divisant u\, on utilise le même argument galoisien que dans 2.3.1, 3). □ 



32 



5.5. Points de croisement stables. Reprenons les notations de 5.3. Disons 
que le point de croisement Q est stable pour 9Î s'il est semi-stable, et si les ujj 
peuvent être choisis de telle sorte que pour i = 1, 2, les éléments 4>i,j, rij et leurs 
différences 4>i,j, rij — (frij' ,r ijt ne s'annulent pas en Q (lorsqu'ils sont non nuls). 

Si car k = 0, il revient au même, en vertu de (5.1.2.3), de demander que pour 
lu = ujj et u> = ujj — uij'i l'élément a G , 2/2]] associé (cf. 5.1.2) ne s'annule 
pas en Q s'il est non nul (on peut toujours supposer, modulo (log3) d=0 , que 
les résidus de tu sont nuls). 

Remarque 5.5.1. Si Q est un point de croisement stable, les inégalités de 5.3.2 
sont des égalités. 

Cette notion de point de croisement stable équivaut à la notion de "bonne 
structure formelle" de [S2] (modulo l'argument galoisien indiqué à la fin de la 
preuve de 5.4.1). Dans la suite, elle ne nous servira pas, et nous ne la mentionnons 
que pour faire le lien précis avec la problématique de [S2] d'une part (cf. 8.1 ci- 
dessous), et par symétrie avec la définition 3.4.2 d'autre part, symétrie précisée 
par le résultat suivant. 

Proposition 5.5.2. i) Soit 2J' — > 2J = Spf k[[yi, 2/2]] l'éclatement du point Q : 
2/1=2/2 = 0, et soit X = Specfc[x 2 , — ][[x]] la carte formelle affine de 2J' donnée 
par les coordonnées x = 2/1, £2 = 2/2/2/1- Soit 9Î une connexion méromorphe 
formelle sur 2J à pôles le long de y\yi = 0, et soit 9Î' son image inverse sur 
X (qui est une connexion méromorphe formelle à pôles le long de Z = X re d = 
Speck[x 2 ,±}). 

Si Q est (semi-)stable pour 9t, aiors tout point P de Z est (semi-)stable 
pour 

iï) Soit Z = Spec^l une courbe affine lisse connexe munie d'une coordonnée 
étale X2 et soit X' — » X = Spf l'éclatement du point P : x = X2 = 0. Soit 

2J le complété de X' en le point d 'intersection Q du diviseur exceptionnel et du 
transformé strict de Z = X re d- Écrivons 2J = Spf k[[yi, 2/2]] où y\ = x/x 2 , y<i = 
x 2 . Soit 2JI une connexion méromorphe formelle sur X à pôles le long de Z, et 
soit son image inverse sur 2J (qui est une connexion méromorphe formelle à 
pôles le long de yiy 2 = 0). 

Si P est (semi-)stable pour 271, aiors Q est (semi-)stable pour 9JI' . 

La démonstration, directe, est laissée au lecteur. Prendre garde que dans i) 
et ii), les réciproques ne sont pas vraies (cf. contre-exemple 5.2.2). 

Par ailleurs, il n'est pas difficile de compléter 5.4.1 par: 

Scholie 5.5.3. Supposons que Q soit un point de croisement semi-stable. Alors 
il existe une suite finie n d'éclatements formels toriques telle que tout point de 
croisement Q' de n^ 1 (Q) soit stable pour l'image inverse de 9t. 

Voir [S2] III. 1.3). 



33 



6. Semi-continuité du rang de Poincaré-Katz. 

6.1. Énoncé. Soit k un corps algébriquement clos de caractéristique nulle. 
Soient 2J le schéma formel (yi, y2)-adique Spf k[[yi, 1/2]], et 3 = 3i U . . . U 3t 
une réunion de germes de courbes sur 2J. Si (£ est un autre germe de courbe, la 
multiplicité d'intersection (<£, 3i)q est la dimension sur k du quotient de k[[y±, 2/2]] 
par la somme de l'idéal de £ et de l'idéal de 3i- On note £ — » <£ la normalisation, 
O le point <£ re d. 

On se donne une connexion méromorphe formelle 9t sur 2) à pô/es /e /ont/ 
de 3, c'est-à-dire un 02)(*3)-module projectif de type fini muni d'une connexion 
intégrable relative à k. 

Le résultat suivant compare le rang de Poincaré-Katz de l'image inverse 91^ 
de yi sur <£ aux rangs de Poincaré-Katz de 9T le long des 3i- 

Théorème 6.1.1. On a 

(6.1.1.1) Po(9^ <Ç(e,3i)Q.p 3 ,(W)- 

Le cas particulier de (6.1.1.1) où le second membre est nul donne: 

Corollaire 6.1.2. (Deligne [Del]). Si 9Î est régulière le long des 3i, aiors 
est régulière en O. 

La preuve que nous en donnons ici est apparemment la première preuve purement 
algébrique de ce résultat; pour plus de détails sur ce sujet, voir [B] et [A3]. 

Corollaire 6.1.3. Soient X et Y des variétés algébriques lisses sur k (resp. 
des variétés analytiques complexes). Soit f : Y — » X un morphisme lisse, de 
dimension relative 1, à fibres connexes, et soit Z une hypersurface de Y finie sur 
X (via f ). Soit J\f un module à connexion méromorphe intégrable sur Y à pôles 
le long de Z. Alors la somme des rangs de Poincaré-Katz 

zez,f( z )=x 

est une fonction semi-continue inférieurement de x G X . 

Démonstration, (de 6.1.1 => 6.1.3) Soit d une dérivation le long des fibres de 
/. En lisant le rang de Poincaré-Katz sur l'équation différentielle donnée par 
un vecteur cyclique local (relatif à AT et d), on voit facilement que la fonction 
dont il est question est constructible pour la topologie naturelle sur X. Pour 
établir sa semi-continuité, on peut donc se limiter aux (germes de) courbes lisses 
tracées sur X passant par un point fixé arbitraire yo- H suffit d'appliquer 6.1.1 
en prenant pour €. le germe formel de / _1 (xo) au voisinage de chacun des points 
Q de Znf- 1 (x ), et pour 3i les germes des branches de Z passant par Q. □ 

Le corollaire vaudrait tout aussi bien pour des variétés analytiques réelles, 
voire des espaces /c-analytiques lisses de Berkovich sur un corps k complet non 
archimédien. 



34 



6.2. Quelques propriétés des diviseurs D^ jCr (9JÎ). Soit R un anneau local 
noethérien complet, d'idéal maximal m et de corps résiduel k. Soit 2J' un R- 
schéma formel m-adique quasi-compact plat topologiquement de présentation 
finie. Soient 3^ des germes de courbes lisses sur 2)', et posons 3' = (U3J) U2j£. ed . 

On suppose que les composantes irréductibles de %)' red sont des courbes lisses 
et que les composantes de 3' se coupent transversalement. 

Soit Z l'une des composantes irréductibles de %)' red - On suppose que Z 
est régulièrement immergé dans 2J'? de sorte qu'on peut parler du nbré normal 
N z %)'- On note P(N Z 2J') son complété projectif (adjonction d'une section à 
l'infini au-dessus de Z). 

Soit Z = Spec ^4 un ouvert affine dense de Z ne rencontrant pas les croise- 
ments de y. On suppose que 2)' admet un sous-schéma formel ouvert X = 
Spf A[[x]] (la topologie m-adique sur 0<y> induisant la topologie x-adique sur 
Ox) avec Z = X re d- 

Exemple 6.2.1. Replaçons-nous provisoirement dans la situation de 6.1.1, et 
considérons une suite n : 2J' — > 2J d'éclatements ponctuels formels telle que les 
transformés stricts 3£ des 3i coupent 2J' re d transversalement. On prend pour Z 
l'une des composantes irréductibles du diviseur exceptionnel n^ 1 (Q), et pour Z 
un ouvert dense de Z ne rencontrant pas les croisements. C'est l'exemple qui 
nous servira en 6.3 et en 7.3. 

Soit alors 91' une connexion méromorphe formelle sur 2J' à pôles le long de 
y . Sa restriction 2Jt = Otj^ au sous-schéma formel affine X est du type considéré 
au §4. 

On suppose que tous les points de Z sont semi-stables pour 27t. On dispose 
alors, pour chaque pente non nulle a de 2JÎ (le long de Z), du diviseur positif 
Dz,a{9ÏÏ) sur le fibré normal N Z X = SpecA[x] (cf. 3.6,4.2.2). Rappelons que 
Dz,a(9ft) = (ip a (x)) est donné par l'équation 

(6.2.1.1) <p a (x) := fi (x CT - <f> jt = 0, 

4>j,-a étant le coefficient, dans une extension finie de A, du terme de plus bas 
degré (= —a) en x dans 4>j- Ce diviseur D z ^{pJl) est fini sur Z, de degré sur Z 
égal à l'irrégularité o.\i^ de 9Jl( CT ) (où = } Mi es ^ ^ a dimension de la 

composante 9Jl( CT ) de 9JÎ de pente a). 

En prenant l'adhérence de Zariski dans P(N Z 2)'), on obtient un diviseur de 
Weil de P(N Z ÏÏ)'), noté 0^^(91'), dont le lemme suivant précise l'intersection 
avec la section à l'infini (oo). 

Lemme 6.2.3. ï) D z CT (W) ne rencontre (oo) qu'au dessus de Z \ Z. 

ii) Si a = p z (?R'), Dz,<t(W) ne rencontre (oo) qu'au dessus des points de croise- 
ment de Z et y . 

iii) Au-dessus d'un point de croisement semi-stable Q' de Z et d'une autre 
composante T de %)' red (resp. de Z et de yj, la multiplicité d'intersection 

(D 2ta W) , (oo)) 



35 



est majorée par jj,( a yPf(yt') (resp. H( a ypy{*fV)). 

iv) Au-dessus d'un tel point de croisement, la multiplicité d'intersection 

((£ ^ )CT (*')),(°o)) 

cr>0 

est majorée par ir^ (resp. h-3/ (9f) j. 

Démonstration, z) est clair sur l'équation (6.2.1.1) de D^ j0 .(3Jl). 

iz) Soit P un point, éventuellement non semi-stable, de Z \ Z qui ne soit pas 
au croisement avec 3- Prenons une coordonnée locale x 2 sur Z qui s'annule à 
l'ordre 1 en P (de sorte que le complété de 2)' en P s'identifie à Spf k[[x, X2]]). 
On lit sur l'équation (6.2.1.1) (quitte à ramifier pour se ramener au cas plus net 
où a est entier) que 

(6.2.3.1) {Pz,M\ M) = max(0,- £ ord^ 0,- 

Or, d'après 3.3.1, ord^ (f)j,- a > lorsque u = p^(OT'). 

ni) et iv). Identifions le complété de 2)' en Q' à Spf k[[yi, 2/2]] où yi = x 
et où 1/2 = définit T {resp. 39- Reprenons les notations de 5.3. No- 
tons Uh le rang du facteur yi' Œ)h , et H< a \ l'ensemble des indices h pour lesquels 
max(0, -ord yi ^(V^/J) = a, de sorte que /x (<t) = Y,heH (lT) v h- Pour /i G 
notons ipi ; h,-a le terme de plus bas degré en yi de ipi ; h, qui est aussi celui de 
^1(^1, h) puisque a > 0. 

En vertu de la décomposition (5.3.1.5)2, on a 
(6.2.3.2) 

max(0, -ord^ tp 2 ,h) = max(0, - ord y2 w 2 (tp2,h)) < Pt(W), resp < py^W), 

(6.2.3.3) ffc-max(0, -ord^ ip 2 ,h) < ù-rW), resp < hy.ÇÏÏ). 
h 

En vertu de la décomposition (5.3.1.5)i, on peut réécrire <p a (x) sous la forme 

(6.2.3.4) H «-^,-^=0, 

et (6.2.3.1) sous la forme 

(6.2.3.5) (^(^0,(00)) = max(0,- £ rç. ord, 2 Vi,fc,-a)- 

Comparant (6.2.3.2), (6.2.3.3) et (6.2.3.5), on voit qu'il suffit de démontrer que 

(6.2.3.6) max(0, -ord^ Vi,h,-a) < max(0, - ord y2 tp2,h)- 



36 



Or OTdy 2 tpi y h,-a > ordy 2 h, et par intégrabilité (5.1.2.1), max(0, — ordy 2 ifti,h) = 

= max(0, - ord y2 d 2 ^i,h) = max(0, - ord y2 diifj 2 ,h) < max(0, - ord y2 ip 2 ,h)- □ 

Proposition 6.2.4. Supposons Z propre, et que tous les points de croisement 
de Z soient semi-stables pour 91' . Alors on a l'inégalité 

(6.2.4.1) (-deg(N 2 Z)')).p 2 (<Jl f )< E PtW) + E ftiîPO- 

En outre, si tous les points de Z sont semi-stables, on a l'inégalité 

(6.2.4.2) (-deg(N^')).ir 2 (m')< E E ir 3^')- 

Démonstration. Compte tenu de 6.2.3, cela découle de la formule 

-deg(N 2 ïï)').S = C.(oo) - C.(0) 

valable pour toute courbe fermée C C P{N 2 2)') dont la projection sur Z est finie 
de degré <5 (formule qui se démontre en prenant l'image inverse par C — » Z, où C 
désigne la normalisée de C, et en utilisant la section naturelle de N 2 2)' x 2 C — > 
C). On applique cette formule aux composantes C de D 2 ^^Sl'). □ 

6.3. Preuve de 6.1.1. Comme dans l'exemple 6.2.1, effectuons une suite 
d'éclatements ponctuels formels tt : 2J' — > 2) (en commençant par éclater Q), de 
sorte que 

i) 7T _1 (3 U C) soit à croisements normaux, 

ii) chaque composante irréductible du diviseur exceptionnel ne coupe qu'un au 
plus des 3i (= transformé strict de 3i), 

m) tout point de croisement du diviseur exceptionnel soit semi-stable pour 9î' = 
7r*(9î) (c'est loisible en vertu de 5.4.1). 

Le diviseur exceptionnel est arborescent. On note T l'arbre dual: ses som- 
mets v sont en bijection avec les composantes E v de iï~ 1 Q. Vu ii), il est loisible 
d'indexer 3J par le sommet v correspondant à la composante E v qu'il coupe (pour 
un sous-ensemble fini V de sommets). On note vq le sommet correspondant à la 
composante E VQ que coupe (£'. 

On note enfin A la matrice (symétrique) d'intersection des E v , v G T, 
affectée du signe — ; ses coefficients diagonaux A vv sont les entiers naturels 
—deg(NE v ïï)'), et ses coefficients non diagonaux A vw valent —1 si v et w sont 
voisins (c'est à dire si E v et E w se coupent) et sinon. 

En appliquant (6.2.4.1) à S = E v , on obtient 

A vw . p Ew {K>) < p x {K>) 



37 



si v G V, et 

A vw . PE jm')<o 

sinon. D'où 

(6.3.1.1) p Eu {tf) < YsiA-'U.pxW)- 

Si on se donne, pour chaque v, une paire de germes de courbes £' v , <£" coupant 
E v transversalement hors des croisements, il est classique que 

(la démonstration, par récurrence sur le nombre d'éclatements, est rappelée dans 
[S2, 1.3.2.8]). On peut prendre en particulier £' Vq = £ et = % si v G V, d'où 

(6.3.1.2) p Evo (W) < £ (t(C)-t(3«))q.P 3 ;W- 
Par ailleurs, par 3.1.1, on a 

(6.3.1.3) Pe V0 W) > PQ>W\ € ,) = Po{K~ € ). 
Ceci prouve (6.1.1.1). □ 

Remarque 6.3.1. On obtient une variante - moins économique - de cette preuve 
en remplaçant l'usage de 3.1.1 (à la fin) par l'usage de 4.3.1, qui permet de choisir 
7r de telle sorte que Q' soit un point stable de E Vo (auquel cas (6.3.1.3) est une 
égalité) . 



7. Semi-continuité de l'irrégularité. 

7.1. Enoncé. Soit (Y, Q) un germe de surface analytique complexe. Soient 
C, Zi, . . . , Z t des germes de courbes analytiques dans (Y, Q) (passant par Q), 
et soit Z = UZi. Soit N une connexion méromorphe intégrable sur Y à pôles 
le long de Z (c'est-à-dire un Oy (*Z)-module projectif de type fini muni d'une 
connexion intégrable). On note (C,0) — » (C,Q) la normalisation. 

Le résultat suivant compare l'irrégularité de l'image inverse Afg de AT sur C 
aux irrégularités de M le long des Z{ . 

Théorème 7.1.1. On a 

(7.1.1.1) iro(A^) < ( C i Z *)Q ■ M 

i 

Le théorème vaut aussi bien dans le contexte formel plus général de 6.1.1. 
Nous avons préféré cette fois le cadre analytique ou la preuve s'écrit de manière 
plus lisible. 



38 



Corollaire 7.1.2. (Conjecture de Malgrange). Soit f : Y — > X un morphisme 
lisse de variétés analytiques complexes, de dimension relative 1, à fibres connexes, 
et soit Z une hypersurface de Y ûnie sur X (via f). Soit N un module à conne- 
xion méromorphe intégrable sur Y à pôles le long de Z. 

Alors la somme des irrégularités 

zez,f( z )=x 

est une fonction semi-continue inférieurement de x G X . 

La démonstration de 7.1.1 => 7.1.2 est complètement analogue à celle de 
6.1.1 => 6.1.3. 

Le corollaire vaudrait tout aussi bien pour des fc-variétés algébriques lisses, 
des variétés analytiques réelles, voire des espaces fc-analytiques lisses de Berkovich 
sur un corps k complet non archimédien. 

7.2. Un cas particulier. C'est celui, que nous allons traiter directement, où 
t = 1 ou 2, Zi est défini par l'équation yi = 0, (i < t), et où C est un germe de 
courbe lisse coupant Zi transversalement. 
Dans cette situation, prouvons que 

(7.2.1.1) ir o (A^)<5> Zî (A0. 

Considérons pour cela la famille C\ de (germes analytiques de) courbes trans- 
latées de C le long de l'axe y±. Pour A ^ proche de et assez général, C\ 
coupe Z transversalement en t points stables Qi,(i < t). On a donc 

E ir ^(- A/ i^) = E i ^(- A/ ')- 

D'après un résultat de semi-continuité de Deligne [De2]( 11 \ on a 

(7.2.1.2) ir Q (A/j c ) + v < £ (ir Qi (JVj c J + 
(où v désigne le rang de M), d'où 

(7.2.1.3) t ir (A/j c ) < £ ir Zi (AT) + (t - l)u. 

D'où le résultat si t = 1 (observons incidemment que ce résultat est moins 
élémentaire que son analogue 3.1.1 pour le rang de Poincaré-Katz). 

( 11 - > aussi démontré, ultérieurement et par voie transcendante, par Mebkhout [Mel]. La 
preuve de Deligne est de nature algébrico-formelle, et s'appuie sur la caractérisation de 
l'irrégularité donnée dans [GL]. 



39 



Si t = 2, on déduit de (7.2.1.3)2 que, si E désigne le diviseur exceptionnel de 
l'éclaté de Q, la connexion image inverse N' par l'éclatement vérifie 

iv E J\f' < iv Zl Af + ir Z2 M + v. 

En prenant l'image inverse de M par y\ i— > y" , y^ i— > 2/2 (changement de variables 
qui commute à l'éclatement), les irrégularités sont multipliées par n, d'où l'on 
déduit 

\x E M' < ir Zl N + iT Z2 Àf + u/n, 
et, en passant à la limite, 

(7.2.1.4) iY E Af' < ii Zl M + ii Z2 M. 

En appliquant (7.2.1.1) (pour t = 1) au transformé strict de C et à E, on en 
déduit (7.2.1.1) (pour t = 2). □ 

Remarque 7.2.1. Il est tentant d'essayer de prouver 7.1.1 par la méthode de 
6.5, en remplaçant le recours à (6.2.4.1) par le recours à (6.2.4.2). Pour appliquer 
directement (6.2.4.2), qui requiert que tous les points du diviseur exceptionnel, y 
compris les croisements, soient semi-stables, on pourrait remplacer T par l'arbre 
infini correspondant à l'itération alternée de l'évitement des points tournants 
par éclatement (4.3.3) et de la semi-stabilisation des croisements par éclatement 
(5.4.1). Ce faisant, on se heurte à l'obstacle suivant: tirer l'analogue de (6.3.1.1) 
correspondant à cet arbre infini reviendrait à intervertir les sommations (in- 
dexées par les sommets de l'arbre) dans une série double non commutativement 
convergente. 

Nous allons contourner cet obstacle en tronquant la série double à un ordre fini 
et en contrôlant les "effets de bord" dus à l'interversion des sommations. 

7.3. Preuve de 7.1.1. Effectuons une suite d'éclatements ponctuels i\\ : Y\ — » 
Y (en commençant par éclater Q), de sorte que 

i) TTi 1 (Z U C) soit à croisements normaux, 

ii) chaque composante irréductible du diviseur exceptionnel ne coupe qu'un au 
plus des transformés stricts de Zi, 

iii) la composante du diviseur exceptionnel que coupe le transformé strict Ci de 
C ne contienne aucun point tournant pour Ni = vrj (A/") (c'est loisible en vertu 
de 4.3.3), 

iv) tout point de croisement du diviseur exceptionnel soit semi-stable pour J\f\ 
(c'est loisible en vertu de 5.4.1). 

Notons Ti l'arbre associé, comme en 6.5, au diviseur exceptionnel. Indexons 
les composantes E\ iV du diviseur exceptionnel par les sommets v de T. Notons 
vq le sommet correspondant à la composante Ei jVo que coupe C\. 

Notons V l'ensemble des sommets v G Ti pour lesquels la composante E\ jV 
coupe l'un - et un seul par ii), noté Zi jV - des transformés stricts des Z{. 



40 



Notons V l'ensemble des sommets v G Ti pour lesquels E\ ;V a des points 
non semi-stables. D'après i) et iii), ni V ni V ne contiennent vq. 

Considérons une suite d'éclatements ponctuels 

Y n -+ >Y 2 ^Y 1 

où l'on commence par éclater successivement les points non semi-stables des 
transformés stricts des E v , v G V (ce qui correspond à ajouter à chaque fois 
une arête à l'arbre partant de l'un des v G V), puis, successivement, les points 
de croisement pour les semi-stabiliser (ce qui correspond à subdiviser les arêtes 
qu'on vient d'ajouter). Pour m < n, notons 7r m : Y m — > Y la suite d'éclatements 
composée et Af m l'image inverse de M sur Y m . 

Notons T m l'arbre associé au diviseur exceptionnel 7r m 1 (<5), E mjV la com- 
posante de n m 1 (Q) attachée a v £ T m , Z mjV le transformé strict de Zi tV (pour 
v G V), C m le transformé strict de Ci, et Q m = C m D E mjVo . Observons que Ti 
est un sous-arbre de T m , que les sommets de T m s'identifient à des sommets de 
T m +i, mais que T m n'est pas nécessairement un sous-arbre de T m+ i. 

Notons A m la matrice (symétrique) d'intersection des E mjV , v G T m , affectée 
du signe — . Rappelons que ses coefficients non nuls non diagonaux valent —1, 
et que son inverse est à coefficients positifs. 

Notons B m la matrice (antisymétrique) ayant pour coefficients les entiers 

{B m ) vw = (A m ) VoV (A m ) vw ÀïE mw (J\f m )—(A m ) VoW (A m ) wv . 

ÙE mv (Nm), V,W G T m - 

Lemme 7.3.1. i) Si w G T m +i \ T m correspond à l'éclatement d'un point non 
semi-stable de E m , v , v G V , alors 

(Am+l) VoW = {Am) VoV , 

(B m +i)vw > 0. 

iï) Si w G T m +i \ T m correspond à l'éclatement du point d'intersection E m ,v H 
E m y, v,v' G T m , alors 

{A m +i) VoW = (A m ) VoV + (Am) VoV >-> 

ÙE m+liW (Nm+i) < ir Em v (Af m ) + ir Em v , (Af m ), 

Démonstration. Les assertions sur A^ 1 , dont les coefficients sont interprétés 
comme multiplicités d'intersection, sont laissées au lecteur (voir par exemple 
[S2, 1.3.2.9, 1.3.2.10]). Les assertions sur l'irrégularité découlent de (7.2.1.3) t= i 
et (7.2.1.4). Ces assertions impliquent celles sur B_. □ 

En particulier, on a (B n ) vw > pour tout v G V , w £T n \ Ti. 



41 



Par antisymétrie, on a 

(7.3.1.1) (B n )v,w = ^2 (B n ) v , w , 

ueTi,iu€T„ (v,w),veV',weT n \^i 

qui est donc une quantité positive. 

L'inégalité (6.2.4.2) appliquée à S = E n;V (et à la suite d'éclatements formels 
7t n associée à 7r n , cf. 6.2.1) donne 

ou < 0, selon que v E V ou non. Dès lors 

(7.3.1.2) Y, {A n )-^{A n ) vw .\r En ^Mn) < Y( A n)v^z n JM n ). 
Par ailleurs 

(7-3.1.3) £ {A n )^ w {A n ) wv .\r EntV {M n ) = iv En ^ (Af n ). 

La différence 

qui n'est autre que X^eTi weT (B n ) VtW , est donc positive, ce qui donne 
(7.3.1.4) ir E _ o (A/;)< ^(A n )- o Virz n ,„(A^) = ^(C,^)Q.ir Zi (AT). 

Enfin, puisque E UjVo n'a pas de point tournant, on a ir En VQ (M n ) = lT Q n N\c n = 
ir A%. Combiné à (7.3.1.4), ceci prouve (7.1.1.1). □ 



8. Autour de la conjecture de Sabbah. 

8.1. Énoncé. Soit k un corps algébriquement clos de caractéristique nulle. 
Plaçons- nous de nouveau dans la situation de 4.1: 9JÎ est une connexion méro- 
morphe formelle sur X = Spf A[[x\] à pôles le long de x = 0. 

Supposons d'abord que Z = SpecA soit une courbe connexe lisse sur k. 

D'après 4.3.3, en éclatant successivement les points tournants qui apparais- 
sent, on aboutit au bout d'un nombre fini d'étapes à la situation où tous les 
points de non- croisement du diviseur polaire sont stables pour l'image inverse 
de la connexion. Mais les points de croisement pourraient n'être pas stables, ni 
même semi- stables. 

Parallèlement, d'après 5.4.1 et 5.5.3, en éclatant successivement les points 
de croisement qui apparaissent, on aboutit au bout d'un nombre fini d'étapes à 
la situation où tous les points de croisement du diviseur polaire sont stables pour 
l'image inverse de la connexion. Mais il pourrait y avoir des points tournants, et 
même des points non semi-stables. 

La conjecture de Sabbah prédit qu'on peut mener à bien les deux processus 
à la fois: 



42 



Conjecture 8.1.1. (Sabbah). Il existe une suite finie tt : X' — > X d'éclatements 
ponctuels formels telle que tous les points de tt~ x (Z) soient stables pour 7r*9}t. 

8.2. Connexions rigides absolues. A présent, supposons seulement que Z 
soit une variété affine connexe lisse sur k. Au schéma formel X, on peut associer 
sa fibre générique au sens de Raynaud X = X%, qui est une variété analytique 
rigide (affinoïde) sur t = k((x)). Ses points sont les germes de courbes sur X (cf. 
[BoL]). On obtient une variété analytique rigide canoniquement isomorphe en 
partant d'un éclaté formel ponctuel X' de X, en identifiant un germe de courbe 
sur X et son transformé strict sur X'; un tel éclaté est dit modèle formel de X. 
On a un morphisme de sites annelés sp : X — » X' (dit de spécialisation) et 
le tube sp^ 1 (S) de tout sous-schéma localement fermé S de Z' = X' red est un 
ouvert admissible de X (cf. [Ber, 0.2]). 

Exemple 8.2.1. Si Z C A 1 , X est le complémentaire d'un nombre fini de 
disques unité ouverts dans le disque unité fermé. Si X' est un éclatement torique, 
et Q est le point de croisement (resp. T est la réunion des deux composantes de 
Z') correspondant au cône d'arêtes (a, c), (6, d) de l'éventail associé, le tube de 
Q (resp. T) est la couronne ouverte (resp. fermée) de rayons et |x| c / a . 

Toute connexion méromorphe formelle 971 à pôles le long de Z fournit un module 
localement libre M sur X muni d'une connexion "absolue" M -> M <g> Q x/k 
(où Q x /k = ^x/i ® Ox-dx). Une telle connexion est dite régulière si M l'est (il 
revient au même de dire que l'image inverse de M sur l'un des modèles formels 
l'est). Elle est dite élémentaire si elle est produit tensoriel d'une connexion de 
rang un et d'une connexion régulière. 

Théorème 8.2.2. Il existe un recouvrement ouvert (U a ) de X, et des mor- 
phismes étales Unis V a — » U a tels que l'image inverse de M sur V a soit somme 
directe de connexions élémentaires. 

Démonstration. Étant donné un point de X, vu comme germe de courbe sur 
un modèle formel X' , on se ramène, par éclatement et en passant à une extension 
finie de t, à supposer que le germe est lisse et coupe transversalement Z' = X' re d- 
D'après 4.3.1, on peut même supposer qu'il coupe Z' dans un ouvert lisse connexe 
S C Z' formé de points semi-stables. On peut prendre pour U a le tube de S. 
On couvre ainsi X. □ 

Conjecture 8.2.3. Il existe un tel recouvrement (U a ) fini. 

Remarques 8.2.4. 1) Dans le cas où X est un point, 8.2.2 équivaut au théorème 
de Turrittin-Levelt sur t. 

2) Dans la situation de 8.1 (où X est une courbe affinoïde), la conjecture 8.2.3 
découle de celle de Sabbah: en effet, dans un modèle formel X' dans lequel tous 
les points de tï^ 1 (Z) sont semi-stables, indexons par a les croisements Q' de 
Z' = tt~ 1 (Z) ainsi que les composantes S de la partie lisse de tt^ 1 (Z); on peut 
alors prendre pour U a les tubes de ces sous-schémas de Z' . 



43 



3) Dans 8.2.2, on ne doit pas s'attendre à trouver un recouvrement admissible de 
X, en raison de ce que les décompositions formelles aux croisements Q' ne cor- 
respondent pas en général aux décompositions de Turrittin-Levelt sur les strates 
S voisines, mais à des raffinements d'icelles, cf. 5.3. 

8.3. Problème de compacité. Il est tentant d'essayer de prouver 8.2.2 par un 
argument de quasi-compacité, par exemple en considérant l'espace de Zariski- 
Riemann X ZR = lim3£'. Il s'avère plus commode de passer au plus grand 

quotient séparé de X ZR (cf. [F]), qui est l'espace ^-analytique de Berkovich 
X an associé à X. On a des morphismes de sites annelés X — » X ZR — > X an , le 
composé est injectif et d'image dense, et X an est compact. 

On peut encore attacher à 9JI un module localement libre à connexion ab- 
solue sur X an , et essayer de traiter 8.2.3 en prouvant un analogue de 8.2.2 pour 



Dans la situation 8.2.1, les points de X an sont très faciles à décrire (cf. [Ber, 
3.6]); on constate que ceux qui posent problème sont les points à valeurs, non 

pas dans le complété ï de la clôture algébrique de ï, mais dans son extension 
maximalement complète { a r x r } (où fi parcourt les sous-ensembles bien 



ordonnés de Q); les arguments du style 4.3.2 s'avèrent en effet inopérants lorsque 
le premier point d'accumulation des Q C Q>o qui interviennent est inférieur au 
rang de Poincaré-Katz de 9Jt. 

Appendice: spécialisation du polygone de Newton. 

On se place dans le cadre et les hypothèses de 3.2: A est noethérien intégrale- 
ment clos, M est un module différentiel de rang u. sur A((x)), et \x est strictement 
inférieur aux caractéristiques résiduelles de A si celles-ci sont non nulles. 

Rappelons que nos polygones de Newton sont placés, par convention, de 
manière à ce que le sommet le plus à droite soit le point de coordonnées (\i, 0). 

Théorème A.l. Pour tout point P de Z = Spec A, NP(M {P) ) C NP(M). 

Corollaire A. 2. Soient X et Y des variétés algébriques lisses sur k (resp. des 
variétés analytiques complexes). Soit f : Y — > X un morphisme lisse, de dimen- 
sion relative 1, à fibres connexes, et soit Z une hypersurface de Y ûnie et étale 
sur X (via f). Soit N un module à connexion méromorphe relative sur Y à pôles 
le long de Z (cf. 1.1). Alors le bord du polygone de Newton N P z (N(f{z))) ne 
peut que croître (au sens large) par spécialisation sur Z. 

Pour démontrer A.l, on peut supposer et on supposera que Z est un trait 
dont P est le point fermé. Alors M est libre de rang u.. On note K le corps 
de fractions de A, k le corps résiduel. Notons (resp. le rang de la 

partie de pente a de M (resp. de = M(p)). En outre, quitte à effecture une 
ramification, on peut supposer que toutes les pentes (tant de M que de M&) sont 
entières. 



an 




44 



En suivant [GL], choisissons un A [[x]] -réseau M de M et considérons la suite 
double de sous-A[[x]] -modules de M (indexée par (m, n) G N 2 ): 

M m , = M, M m , n+1 = M m , n + x m+1 -^-(M m , n ). 

Notons que les quotients M m>n /M sont des A-modules de type fini. 
Lemme A. 3. On a 

(A.3.1) A m := lim - dim K (M mjn ) K /M K = V (cr - m)fi {a) , 

n Tt 

cr>m 



(A.3.2) A m := lim - dim fc (Im (M m , n ) fc -» M k /M k ) = V (a - m)fi {a) 

n n — » 

et 

(A.3.3) A m > Â m > 0. 

La valeur des limites se déduit aisément de 2.1.3.ii et 2.3.1 (voir aussi [GL], 
qui explicite l'égalité Ao = irM). L'inégalité entre limites est essentiellement le 
lemme de [De2]( 12 ^. □ 

Pour x G [0, fi], notons /(x) (resp. /(x)) la fonction convexe, affine par 
morceaux, à valeurs négatives, dont le graphe borde NP(M) (resp. NP(M k )). 
Pour £ G [0, oo[, notons /*(£) = sup (x£ — /(x)) (resp. /*(£)) la transformée 

de Legendre de / (resp. /). Le couple (/, /*) vérifie l'inégalité de Young x£ < 

/(*) + /*(«■ 

Compte tenu de (A.3.1) et (A.3.2), on a 

(A3. 4) f*(m) = mfi + A m , f*(m) = mfi + A m 

pour tout m > 0, et l'inégalité de Young pour (/, /*) donne 

(A. 3. 5) X m > -f(x) - m(fi - x) 

pour tout x G [0, fi]. 

Par ailleurs, pour x = x m < fi égal à l'abscisse d'un sommet de NP(M k ), 
et pour £ = m égal à la pente de NP(M k ) à proximité droite de x, l'inégalité de 
Young pour (/, /*) est une égalité et s'écrit 

(A.3.6) À m = -f(Xm) - m(fi - Xm). 

( 12 ) cela résulte formellement de ce que le double A[[x]]-dual M^ n est libre sur A[[x]] 
et que le quotient M^ n /M est plat sur A; en effet, on a dimfc (Im (M. m , n )k —> 
M k /M k ) = dim fc (M- n /M) fc - dimfc(M- n /M m , n )fc. 

45 



On déduit enfin de (A.3.3)(A.3.5)(A.3.6) l'inégalité 
(A.3.7) f{x m ) > f(x m ), 

qui prouve le théorème. □ 

Remarque A. 4. On voit facilement aussi que la fonction dont le graphe borde 
NP(M) n'est autre que la transformée de Legendre, sur [0,/u], de la fonction 
affine par morceaux /* qui interpole (A. 3. 4) sur [0, oo[ (Â m étant défini dans 
(A.3.1)). 



Bibliographie 

[Al] André Y., Différentielles non commutatives et théorie de Galois différentielle 
ou aux différences, Ann. Scient. E.N.S., 5 (2001), 1-55. 

[A2] André Y., Filtrations de type Hasse-Arf et monodromie p-adique, Invent. 
Math. 148 (2002), 285-317. 

[A3] André Y., An algebraic proof of Deligne's regularity criterion, à paraître 
dans les actes du colloque du R.I.M.S. Kyoto 2006. 

[AB] André Y., Baldassarri F., De Rhara Cohomology of Differential Modules on 
Algebraic Varieties, Progress in Mathematics, Vol. 189, Birkhàuser (2001). 
Deuxième édition entièrement refondue en préparation. 

[BaV] Babbitt D., Varadarajan V., Déformation of nilpotent matrices over rings 
and réduction of analytic families of meromorphic differential équations, 
Mem. Amer. Math. Soc. 55, n. 325 (1985). 

[B] Baldassarri F., Towards an algebraic proof of Deligne's regularity criterion. 
An informai survey of open problems, Milan J. Math. 73 (2005), 237-258. 

[Be] Berkovich V., Étale cohomology for non-Archimedean analytic spaces, Publ. 
math. Inst. Hautes tudes Sci. 78 (1993), 5-161. 

[Ber] Berthelot P., Cohomologie rigide et cohomologie rigide à supports propres, 
prépublication (1996). 

[BoL] Bosch S., Lùtkebohmert W., Formai and rigid geometry I, Math. Ann. 295 
(1993), 291-317. 

[CD] Christol G., Dwork B., Modules différentiels sur des couronnes, Ann. Inst. 
Fourier 44 (3) (1994), 663-701. 

[Del] Deligne P., Équations différentielles à points singuliers réguliers, Springer 
Lecture Notes in Math. 163 (1970) + erratum. 

[De2] Deligne P., Lettre à N. Katz (1/12/1976), à paraître dans un volume de 
Documents mathématiques, S. M. F. 

[DGS] Dwork B., Gerotto G., Sullivan F., An Introduction to G-functions, Annals 
of Mathematical Studies 133, Princeton University (1994). 



46 



Euler L., De seriebus divergentibus, in: Opéra omnia 1.14 Teubner (1925). 

Fujiwara K., Theory of tubular neighborhoods in étale topology, Duke Math. 
J. 80 (1995), 15-57. 

Gérard R., Levelt A., Invariants mesurant l'irrégularité en un point sin- 
gulier des systèmes d'équations différentielles linéaires, Ann. Inst. Fourier 
(Grenoble) 23 (1973), no. 1, 157-195. 

Katz N., Nilpotent connections and the monodromy theorem. Applications 
of a resuit of Turrittin, Publ. Math. IHES 39 (1970), 175-232. 

Kedlaya S., Semi-stable réduction for overconvergent F-isocrystals, I, II, III, 
prépublications (2006). 

Levelt A., van den Essen A., Irregular singularities in several variables, Mem. 
Amer. Math. Soc. 40, n. 270 A.M.S. (1982). 

Levelt A., Jordan décomposition for a class of singular differential operators, 
Ark. Math. 13 (1975), 1-27. 

Malgrange B., Connexions méromorphes, II: le réseau canonique, Invent. 
Math. 124 (1996), 367-387. 

Mebkhout Z., Sur le théorème de semi-continuité de l'irrgularité des équations 
différentielles, in: Differential Systems and singularities (Luminy, 1983). 
Astérisque 130 (1985), 365-419. 

Mebkhout Z., Le théorème de positivité de l'irrégularité pour les Dx-modules, 
in: The Grothendieck Festschrift, Vol. III, 83-132, Progr. Math. 88 (1990) 
Birkhâuser. 

Sabbah C, Équations différentielles à points singuliers irréguliers en dimen- 
sion 2 , Ann. Inst. Fourier 43 5 (1993) 1619-1688. 

Sabbah C, Équations différentielles à points singuliers irréguliers et phéno- 
mène de Stokes en dimension 2, Astérisque 263 (2000). 

Schâfke R., Formai fundamental solutions of irregular singular differen- 
tial équations depending upon parameters. J. Dynam. Control Systems 
7 (2001), no. 4, 501-533. 

Serre J.-P., Corps locaux, Hermann, 1968. 

Turrittin H., Convergent solutions of ordinary differential équations in the 
neighborhood of an irregular point, Acta Math. 93 (1955), 27-66. 

Wasow W., Linear turning point theory, Applied Mathematical Sciences, 
54, Springer-Verlag (1985). 

Revêtements étales et groupe fondamental, Séminaire de géométrie algébrique 
du Bois Marie 1960-61. Dirigé par A. Grothendieck. Documents Mathéma- 
tiques 3. Société Mathématique de France, Paris (2003). 

Département de Mathématiques, École Normale Supérieure, 
45 rue d'Ulm, F-75005 Paris. Courriel: yves.andre@ens.fr 



47