Skip to main content

Full text of "Sex Stars System [Alice Arno excerpts]"

See other formats



MISE A NUE 


mm(S) 


f l.ti Comifsse I'eri’t-rxe » (C.B./Jefs Fn 




i 


■s-'V*. (. 


(Interview d’Alice Arno (Marie- 
Ffance Broquet) en presence de sa 
sceur Chantal Broquet, rSalisee par 
P.E.G.), 

Question bateau pour commen- 
cer : Comment etes-vous venue 
au cinema ? 

A.A. — .. Par relations, par des co- 
pains qui faisaient du cinema et de la 
photo et je me suis trouv^e entrai- 
nee... enfin surtout par la photo. 

O. — Ouelles differences fades- 
vous entre une photo nue et 
une sequence filmee nue ? 

A.A. — Une photo de nu ou un 
reportage, c'est totalement different ; 
il y a beaucoup moins d'action dans 
une photo de nu, on se contente de 
poser mais on peut plus surement 
faire de plus jolies choses en photo... 
Quand on fait une seance de poses 
il arrive qu'on travaille quatre ou cinq 
heures. Ce qui m'intere'sse c'est de 
prendre sans cesse des poses diffe- 
rentes. des expressions aussi... Le nu 
au cinema, c'est pas beaucoup plus 


difficile mais c'est bien moins amu- 


O. — Quand etes-vous desha- 
billee pour la premiere fois 7 

A.A. — Oh, je me ballade toute 
nue depuis que Je suis toute petite. 
Toute la famille est naturiste ; alors 
j'me rappelte plus tellement la pre- 
miere fois oCi Je me suis promenee 
nue... Pour mes premieres seances 
comme modele photo, j'avais deja fait 
de la photo naturiste avec des co- 
pains... alors y avait aucun probleme. 
Q. — Quelles differences pou- 
vez-vous faire entre tourner nue 
seule ou nue dans les bras d'un 
acteur ? 

A.A. — ... Ce que me gene le plus 
dans les films oil je dois me montrer 
nue ce sont bien les scenes d'amour 
avec des gardens : c'est pas toujours 
tres drdle... Le contact avec le gargon 
en soi c'est pas genant. mais on se 
demande toujours quelles vont atre 
ses reactions... et comment pa va se 
passer. Sinon Je suis relativement 


decontractee quelle que soit la scene 
a jouer. 

O. — Quelle scene est la plus 
facile a jouer pour vous : une 
scene d'amour avec une fille ou 
une scene d'amour avec un 
garpon ? 

A.A. — Ah, c'est pas pareil du tout. 
II est plus facile de faire une scene 
d’amour avec un garpon, Je crois... Les 
filles ont vraiment beaucoup plus I'ha- 
bitude des garpons, done on connait 
beaucoup plus... On peut s'aider.. On 
connait bien mieux la fapon dont on 
se conduit dans la vie avec un garpon 
...Enfin pour moi y a pas trop de 
difficultes. 

Avec une fille, c'est plus difficile. 
J'ai pas une enorme experience des 
iesbiennes, J'ai pas des mceurs.... 
Alors on se trouve bien embetee 
quand on se trouve au lit avec une 
autre fille. Qu'est-ce qu'on fait ?.... 
Qu'est-ce qu'on ne fait pas ? Et puis 
quelques fois, y a des odeurs qui ne 
sont pas tres agreables, des peaux 
qui ne sont pas tres agreables au 


29 


ALICE ARNO 

toucher.., Et puis moi, c'est vrai, je 
ne sais pas du lout comment me 
conduire au lit avec une fille. J'al vu 
des trues, on m’en a parle.... Bon, je 
connais tout ca, mais e'est jamais 
naturel. C'est toujours plus difficile 
d'etre naturelie avec une filie. 

0- — Comment un metteur en 
scene masculin (qui, lui, appa- 
remment en est encore plus 
eloigne) peuMl dlrlger un tel 


Alice Arno 

« Jusihie » 

[Claude. 

Pierson). 


type de scene ? 





Alice Arno et Nadine de Tinii- 
rjeot : photo posee. 



des histoires marrantes quand on nous 
voit pas !... Je suis plus decontractee... 
On a eu de sacrees bosses de rigo- 
lades Meme les details peuvent 
etre drdles : << Fais attention, comme 
ca on voit mon zizi ! » ou x Oh. la, j'ai 
un bourrelet ! ■>... 


A.A. — Dans le cas de Jess Franco, 
il nous explique bien avant ce qu'on 
doit faire, comme ga. y a pas de 
problemes, pas de surprises... et puis, 
si le son n'est pas direct il aide en 
donnant des indications en cours de 
prise : ou placer les mains... s'il faut 
embrasser la fille, comment la cares- 
ser.... Farce qu'il salt, il met en 
marche son petit cinema ; et c'est 
un peu valable pour tous les realisa- 
teurs : its ont un petit cinema a 
I'interieur de la tete et ils visionnent 
tout de suite ce qu'ils ont envie de 
montrer aux autres. II faut une direc- 
tion precise parce que c'est toujours 


n'Importe quo! autrement. Bien sur, 
il arrive qu'on me iaisse faire mais 
ca reste toujours lie au plan qu'on 
tourne ou a la position de ia camera. 
Si on se met a embrasser les seins 
de la dame et qu'on est encadree en 
gros plan sur le visage ou si on lui 
embrasse las cuisses ou le ventre 
et qu'on sort du champ tout le temps, 
c'est pas bon ! C'est aussi un pro- 
blems technique avant tout. C'est 
decoupe et morcele sans cesse. Et 
avec un gagon, c'est pareil !... 

0. — C'est pas tres jouissif ! 

A.A. — Oh. pas du tout I... Mais 
avec un gargon je trouve ca bien plus 
tnarrant. On a tendance a se raconter 


On se raconte des trues parce qu'il 
faut quand mime rire pendant qu'on 
tourne ces scenes, parce que sinon, 
ga serait dur !... Avec une fille par 
centre c'est plus applique, c'est moins 
facile, c'est pas drole!... S'ebattre 
avec une femme : beOrk i 

0. — Faites-vous une distinction 
errtre le cul au cinema et le cul 
dans le reste de votre vie ? 


30 





Diane Lepvricr, Alice Arno et Christian Cheit- 
vreitse dans e Justine * (C. Pierson). 


jorite des gens bien. Oh bien sur y a 
toujours des givres, des obsedes de 
la culotte ou des hommes qui s'en- 
nuient et qui veulent se divertir, 
penser a autre chose... Mais en tour- 
nant i'y pense pas. Je fais un film 
parce qu'il me plait mais pas du tout 
pour le public.. Je n'ai pas du tout 
envie de rencontrer les gens qui vont 
voir mes films. Qa ne m'interesse pas, 
je suls pas de ces comediennes qui 
se baladent avec tout un tas de pho- 
tos ei> poche pour les distribuer.... Je 
ne crie pas partout que je fais du 
cinema. 



Alice Aniu el Evelyne Si-otl dans « Pigulie, carrefour des illiisinns » 
iPierre Chenulier).' 


A.A. — Ah oui ! Oui ! Oui ! Oh lala !. 
Cast deux choses completement a 
part; le cinema, e'est du bidon!,.. 
C'est autre chose !,., Qa n'a aucun 
rapport ! D'ailleurs en dehors du 
tournage, J’ai peu de contacts avec 
les comediens, les realisateurs ou les 
producteurs.. C'est bien deux choses 
totalement differentes pour moi I 

Q. — Votre public masculin 
specialise, quelle Idee vous en 
faltes-vous ? 

A.A. — J'y pense rarement. Je suis 
allee voir « Justine ». e'etait une clien- 
tele normale : il y avail des couples, 
beaucoup de jeunes... et dans la ma- 


Alice Amo dans « Les Avenln- ^ 
res galantes de Zorro » (W. e 
nussell) 




31 


ALICE ARNO 




Alice An 
[alionqee). 
Robert 
n’ofirf et 
Kali Ham 
dans 

« Macisle 
dans 
rAtlanti- 
de » {C.B 
J. Franca 


ter le mieux possible : je rentre le 
ventre, je bombe la poitrine... Oui 
c'est bien deux personnages diffe- 
rents : quand je tourne, et pendant 
les repetitions. Quand la camera tour- 
ne, je suis une autre... et J'aime pas 
faire I'effort de jouer aux repetitions ; 
ca me fatigue, ga m'use ; J'apprends 
les places juste pour pas me foutre 
les pieds dans le tapis, mais je ne 
joue que pour tourner, et c’est bon au 
premier ou au deuxieme coup. Je ne 
veux pas user mon true avant la sce- 
ne. parce qu'apres c’est concon de 
passer son temps a refaire pareil... Et 
puis d’ailteurs y a interet a etre vite 
prete parce qu'on ne peut pas faire 
beaucoup de prises : on est toujours 
limites financierement. Ouais.... bien 
que ces films rapportent beaucoup 
d’argent, on en y consacre toujours 
aussi peu, pas plus qu'avant... Moi- 
meme je suis toujours aussi mal 

Q. — Quelle sefene de nu [qu'on 
ne vous a jamais demands de 
jouer) prefererlez-vous avoir a 
tourner ? 

A.A. — Bouuh. C’est dur a repon- 
dre I... C'est un peu touffu. En fait, 
j'ai pas envie de tourner nue. Ca 
m’ennuie profondement a force. Ou 


Q. — Est-ce que, maintenant, 
devant le premier spectateur 
venu — en dehors de tout pro- 
blfeme de frlc — vous pourriez 
vous deshabiller, comme ca ?... 

A.A. — Ah non !.. Non non !... 

O. — On dit couramment - allu- 
mer un mec «. Ne pensez-vous 
pas que c'est un peu ce que 
vous faites en tournant nue par 
rapport aux spectateurs ? 

A.A. — Dans la vie courante, j'allu- 
me pas du tout les mecs.... a I’ecran, 


Alice Arno A 
et Lina 
Romaij 

« Plaisir 
Trois » 

{C.RI 

I. Franco 


O, — Justement, en ce qui 
concerne votre jeu : yous etes 
nue dans un lit, dans les bras 
d'un gargon et vous avez une 
scene dramatique S jouer dans 
ces conditions ; a quels proble- 
mes vous heurtez-vous ? 


A.A. — C’est 
de bien jouer 
Je repense a 
et jouer nue 


c'est plus du tout pareil ; bien qu'en 
tournant bien sur, j'essaie de choisir 
le meilleur angle : je suis comme tou- 
tes les awtres. J'essaie de me mettre 
en face, ou de tricher, de me presen- 


alors tourner nue mais a condition que 
je puisse jouer ; mais le nu pour le 
nu, faire I'amour dans un lit et ne 
plus faire que ca, c'est pas drole du 
tout et j'en ai plus envie. 


dramatiques et ca c’est bien passe. 
Evidemment avec un metteur en scene 
qui ne saurait pas me mettre en 
condition ga pourrait aller nettement 
moins bien. Avec Jess, on parle avant 


de faire la scene... Pendant la prepa- 
ration on est tous les deux dans un 
coin et il m'explique exactement ce 
qu'il veut et c'est a 'moi de me de- 
brouiller. II salt bien expliquer ce qu'll 
attend... Je me souviens d'une scene 
oil je devais pleurer et me rouler nue 
sur un lit : c’etait pas facile mais on 
I'a fait. 

Le plus dur c'est de lancer la sce- 
ne, apres on Joue, on oublie... Ouand 
'■'est narti ca va, mime avec un 


acteur nu contre moi... Et c’est pour 
qa que je ne peux pas faire la scene 
quand je repete, c'est que je ne suis 
pas lancee... pa vient petit a petit. 

0. — La repetition ne se fait 
pas nue ? 

A.A. — Non, rarement. Et puis 
repeter c'est repeter le texte pour ne 
pas set romper, pour I'avoir bien dans 
la tete et c'est prevoir le trajet si 
celui-ci est long ou complique... et 
c'est pareil pour les eclairages : on 


les regie rarement sur les corps... 
0. — Comment se font les 
maquillages pour le corps 7 
Chantal BROQUET. — Elle est tou- 
jours bronzee... et elle n'a pas de 
marques : c'est inutile de la maquii- 
ler. 

A.A. — Non, jamais maquillee... 

0- — Si vous aviez un fils, 
pouriez-vous tourner une scene 



Lina Romaij, Kali Hansa et Alice Arno dans 


Les exploits erotique de Maciste dans I'Atlantide ». 


33 


incestueuse poussee avec lui ? 

A.A. — Oh moi non I... C'est com- 
me pour mon petit ami !... Impossibie 
de tourner avec. II me serait peut-etre 
plus facile de tourner des scenes 
d'amour avec des copains, quelquHm 
qu'on connait bien, mais un mari ou 
un amant, non ! 

Q. — II semble done qu'il n’y 
ait que la boulot d'actrice [sans 
problemes pour sacrifier a la 
nudite] qui vous interesse ? 

A.A. — Oui.. Oui... 

0. — Alors parlons de pa.... 


Ou'est-ce qui vous cap- 
tive dans le fait de faire du 
cinema ? 

A. A. — Ben.. C'est le fait de jouer.. 
d'etre au mitleu d'un groupe qui a le 
meme travail en commun. La techni- 
que aussi m'interesse... Tout ce qui 
constitue le tournage d'un film. J'aime 
bien reussir une scene, j'aime jouer 
avec de bons comedlens ou alors 
tourner seule des textes difficiles. 
Tout le travail d'actrice, mais aussi 
tout I'autre cote de la camera; c'est 
a-dire qu'il m'est arrive de faire la 


photo de plateau... Je m'occupe de 
temps en temps des costumes ou du 
maquillage, des choses comme 9a... 
O. — En quoi ces petits travaux 
vous aident-ils a etre actrice ? 

A.A. — Oh, parce qu'ils rapprochent 
beaucoup des autres membres de 
I'equipe. Par exemple, j’aime pas tour- 
ner a Paris, on arrive ie matin, on 
tourne, on rentre chez so! et il ne se 
passe rien, on est pas dans le coup. 
Ce que j'aime c'est partir et etre a 
I'hStel avec I'equipe pendant deux ou 
trois semaines et vivre ensemble vrai- 



ment. La, on arrive a mieux faire les 
choses... meme s'il y a des problemes 
a I'interieur de I'equipe, on essaie de 
les resoudre ensemble, et ca m'inte- 
resse.... On est tous unis... 

O. — Mais la. justement dans 
ce groupe, tres vite il y a bien 
des problemes de sexualite qui 
doivent accrocher, surtout en 
tournant ce type de film ? 

A.A. — C'est rare... Parce qu'il arri- 
ve que des idylles se nouent a I'inte- 
rieur d'un groupe, mais c'est rare.... 
Oh, et puis tout le monde est tene- 
ment fatigue le soir qu'on a vraiment 
plus envie de s'envoyer en I'air chacun 
dans son coin... Au contraire, on 
mange, on discute, on joue aux cartes, 


mais on ne pense pas a... ce sont plu- 
tot des rapports de copains. On en a 
tenement marre de voir de la fesse 
dans la journee que le.soir on y pense 
plus du tout. Chacun de nous en fait, 
execute plusieurs taches. Les come- 
diens normaiement n'ont pas a s'oe- 
cuper des problemes techniques, mais 
il arrive qu'a un moment ou a un 
autre on s'en occupe rien que pour 
aider les copains qui ont trop a faire 
Et puis y a des petits empiois sacri- 
fies, je fais souvent la script pour les 
raccords de gestes ou de vetements. 
Q. — Devant la vague croissan- 
te, ne oturneriez-vous plus que 
du porno ou cesseriez-vous le 
cinema ? 


A.A. — On m'en demande toujours 
de plus en plus, c'est certain... Oh 
oui, je quitterai le cinema.. Si on 
m'oblige a tourner des scenes que je 
ne veux pas faire. si on ne fait plus 
que du cul, si le jeu est absent : je 
laisserai tomber. 

C.B. — On montera un petit bordel 
toutes les deux ! 

A.A. — Exactement (rires)... Et on 
recrutera dans le milieu du cinema! 

0. — Vraiment ? 

C.B. — Nd&on bien sur !.. C'est pour 
rigoler.. Y a autre chose a faire dans 
la vie.. C’etait une image ! 

A.A. — On continuera a travailler 
en famille comme c'est le cas actuel- 
lement quand on ne tourne pas. Nous 


34 



vendons avec mon pere et mon frere 
des produits d'Amerique du Sud... Tout 
I'artisanat de i'Amerique latine... Je 
sets de secretaire, je vais aussi voir 
quelques clients, j'organise des expo- 
sitions. des tas de choses comme ca.. 
De toutes facons, 11 faut que je m'oc- 


cupe meme entre deux films, tester 
inactive c'est impossible. Ceci dit, ]e 
reve de pouvoir passer mon temps a 
tourner sans cesse. comtne Jess 
Franco... L'annee derniere par exem- 
pie, j'ai tourne dix mois sur douze, 
c’etait formidable ! 


Alice Arno dans une sc^ne ^ 
additionnelle de « Chris- ^ 
tina princesse de I’irotis- 
me » {Jess Franco). 







Alice Arno dans « La Cointesse Perverse » (C.B./ J. Franco). 


Q. — vous etes souvent convo- 
quee pour tourner des « scenes 
additionnelles ». La il ne s'agit 
en fait plus que de cul ? 

A.A. — Oh, oui.. II ne s'agit plus 
vraiment de cinema... A part le rac- 
cord de d^iart et le raccord de fin... 
Rien ! Ah si.. L'autre jour avec Jess, 
on a fait des scenes' additionnelles 
pour d'autres raisons : les principales 
scenes du film a corriger etaient tour- 
nees nues et il fallait des scenes 
habillees pour i'Espagne.. C'^tait assez 
complique ! II fallait jouer les memes 
scenes, les memes textes habilies 
cette fois et dans d'autres decors. 
Dans ce cas, y a un boulot malgre 
tout int^ressant. Sinon c'est cui-cul 1 
Recemment on en a fait pour h Macis- 
te dans I'Atlantide » : pfuuh !... 

O. — Vous m'avez dit que 
vous aviez d^bute par la photo. 
Quel'les differences faites-vous 
entre poser et tourner? 

A.A. — Je prefere faire des photos 
nues que parfois des scenes nues au 
cinema, c'est plus interessant, on 
travaille plus.. C'est plus varie. Faut 
d'abord ^privoiser le photographe et 
il faut que lui aussi vous apprivoise 
et on fait alors des photos 'formida- 
bles I 'Et puis au cinema c'est trop 
court. En photo, on peut choisir 
apres la meilleure- On cherche diver- 
ses expressions ou poses, on peut 
chercher divers decors, des accessoi- 


Alice Arno et Houiard Vernon dans « La Comtesse Perverse > 
{C.B./J. Franco). 


36 


t'tft 




res, des bijoux, des foi 
vetements... Tout 
midi ! On peut plus fac. 
une seance de pose | 
qu'une scene 
dftes... 

Q. — Et oil se situent les photos ||| 
de plateau par rapport a ce que I 
vous venez de r 

A.A. — II arrive qu'el 
ses pendant les prisi 
plus souvent, on les fi 
scene quand les eclairs 
en place, pa s 

souvent rate., en tout cas c'est blen ||| 
moins soignd qu'u 

C.B. — Et puis tes' 
teau, c'est comme u 
vide, on r^ete pas, 

Alors que pour des p' 
fait tout seui : 
miere heure on fait 
de valable, c'est s 
trois heures qu'or 
photos... On se sent pli 
avec la personne qui ( 
vous, on commence a le 
salt un peu mieux ce i 
parle plus... La photographie, c'est plus || 
dur mais passionnant. Je me souviens || 
d'luie serie qu'on avait faite avec Papo, || 
il avait eu le choc pour Alice et pour || 

moi, et il avait vraiment su noi* " 

dre... II avait fait des photos 
tiques.. Tout pa de toutes fapon 
une question de climat. 

A.A. — Avec Roland Carrd a 
a fait de bonnes choses... Et puis vous I 
que la pluparl du 



avez du remarquer qu« 




Alice Arno dans une seine de 
« Justine » (C/cta<fe Pier- 
son). 

temps, j'ai en fait surtout tenu des 
petits r&les de modele-photo. J'ai me- 
me tournee dans » Euginie » sans sa- 
voir que c'^tait Jess ! J'ai aussi fait 
des photos comme photographe : des 
reportages au Levant.. Oa me plaisait 
aussi pa !... 


1967 — Les Poneyttes (Joel Lemoigne). 

1968 — Nathalie, I'amour s'eveille (Pierre Chev 

1968 — Spots publicitaires aux U.SJt. 

1969 — Lachez les chiennes (Bernard Lauriois). 

— Liz et Helen (Robert Hampton). 

1970 — La Debauche (J. Ftanpois Davy). 

— Justine (Claude Pierson). 

— Eugenie (Jess Franco). 

1971 — Pigalle, carrefour des illusions (Pierre 
— Le Casse (Henri Verneuil). 

1972 — Les Aventures galantes de Zorro (William 
— Avortement Clandestin (Pierre Chevalier). 

1973 — Outre-tombe (C.B./J. Franco). 

— Les Innassouvies n' 2 / Plaisir a trois (C.B./J. 
— La Comtesse Perverse (C.B./J. Franco). 

— Les Gourmandines (Guy Perol). 

— Maciste contre la Reine des Amazones (C.B./J, 
— Les exploits erotiques de Maciste dans I') 
(C.B./J. Franco). 

— Scenes additionnelles pour « Chri! 

I'erotisme » (J. Franco). 

— Tango au clair de lune (Roland Marceignac / J. 
— Donnez-nous notre amour quotidian (An ' 

Cl. Pierson). 

— Le Chemin solitaire (J. Franco). 

1974 — L'Heptameron (Claude Pierson). 

— Apparition dans : La Comtesse Noire (J. 

— Mais qui done a viole Linda ? (J.P. 

— N'y touchez pas (Guy Maria). 

— Karate Chatte (Guy Maria). 

— Les filles du Golden Salon (Pierre Taylou et W. 
— Et si tu n'en veux pas (Jacques Treyens). 

— L'arriere-train sifflera trois fois (J.-Marie 
— Reglements de comptes a O. Q. Ci 
Pallardy). 

— La Venus du Pir^e (J. Hencken/Giancarlo 
— Convoi de Femmes (Pierre Chevalier). 

— Les Filles de Costa Fleming (Ignacio Iq 

1975 — Les Fleurs du Dlable (Maxime De Best;