Skip to main content

Full text of "Élections législatives de 1958, Aisne - 02, circonscription n°02 : profession de foi de NR Pierre-Bloch au tour 1"

See other formats


Sciences Po / fonds CEVIPOF 


: ÉLECTIONS LÉGISLATIVES du 23 NOVEMBRE 1958 


CIRCONSCRIPTION DE SAINT-QUENTIN 


Parti Socialiste S.F.I. O. 


Électrices, 
Electeurs, 
Mes chers amis, 





Désigné par les membres des sections socialistes de la circonscription de Saint-Quentin, conseiller géné- 
ral de l'Aisne, constamment réélu au premier tour depuis 25 ans, ancien ministre du Gouvernement Provisoire 
présidé par le général de Gaulle, je viens solliciter vos suffrages. 


En votant massivement OUI le 28 septembre, vous avez manifesté votre volonté de voir des institutions 
nouvelles remplacer celles qui se sont effondrées le 13 mai dernier. 


Le 23 novembre, en élisant votre député, vous participerez, par un acte d'une importance exception- 
nelle, à la mise en place de cette République rénovée. 


|| est inutile de revenir longuement sur le passé. 
Vous savez que toutes nos difficultés ont pour origine le drame algérien. 


Vous savez qu'opposés dans leurs buts, les communistes et la droite ont formé une majorité négative — 
à laquelle appartenaient MM. Bricout et Renard — quils se sont associés pour renverser Guy Mollet et ses 
successeurs, rendant impossible la solution négociée du problème algérien préconisée aujourd'hui par le général 
de Gaulle, qu'ils ont permis aux colonialistes d'Alger de nous mener au bord dé la querre civile. | 


Vous savez que si, le 13 mai, les socialistes n'avaient pas fait, avec courage, confiance au général de 
Gaulle, notre pays serait aujourd’hui plongé dans la guerre civile et dans l'anarchie. 


Vous savez, enfin, qu’en faisant appel au cessez-le-feu, en organisant des élections libres et en précisant 
que le gouvernement français chercherait une solution au problème algérien avec les élus de l'ensemble de la 
population algérienne, le général de Gaulle a repris le programme que Guy Mollet avait nettement défini dès 
1956. 


Donc, les socialistes avaient raison. 


Aujourd'hui, ils vous disent : 
— Construire des logements, à la ville et à la campagne, des écoles, des stades, des salles de réunion. 
— faire baisser les prix. 


— Développer l'économie francaise et l'expansion industrielle par l'implantation de nouvelles usines, 
ce qui augmentera le pouvoir d'achat des salariés et le chiffre d’affaires des commerçants. 


—— Améliorer le sort des vieux en faveur de qui Guy Mollet a créé en 1956 le Fonds National de 
Solidarité. 


— kRevaloriser les salaires, ceux des ouvriers agricoles en particulier et donner aux travailleurs des 
campagnes la parité avec ceux du secteur industriel. 


— Protéger les petits cultivateurs par l'indexation des prix agricoles et le vote de la loi-cadre agricole. 


— KRéduire et réformer le service militaire. 


Sciences Po / fonds CEVIPOF 


— Kendre confiance et espoir à la jeunesse, encourager les sports et les distractions saines. 


— Lutter contre l'isolement des campagnes et, d'abord, assurer à toutes les communes l'électricité et 
la distribution d'eau potable. 


Voilà, électeurs et électrices, la tâche immense qui attend les législateurs et les gouverne- 
ments que vous désignerez le 23 novembre. | 


N'oubliez pas que, pour la première fois depuis 1936, vous voterez au scrutin uninominal aue vous dé- 
siriez dans votre immense majorité et que les socialistes réclament depuis des années. 


La circonscription de Saint-Quentin compte la plus grande ville du département —— véritable capitale 
commerciale, administrative et scolaire de notre région — plusieurs villes industrielles et une centaine de com- 
munes rurales. Des problèmes complexes se poseront à son élu. Je vous en entretiendrai au cours de mes réu- 
nions et au cours ces contacts que j aurai avec vos élus municipaux et avec chacun d'entre vous. Des maintenant, 
je prends position contre la construction du Canal du Nord, entreprise dépassée, ruineuse et inutile. 


Originaire d’un village tout proche, inspecteur des P.T.T. à Saint-Quentin où il habite depuis vingt-cinq 
ans, ancien prisonnier de guerre, petit-fils d'ouvriers tisseurs de Bohain, mon ami Pierre LAROCHE, que beau- 
coup d'entre Vous connaissent par ses articles de «L'Aisne Nouvelle», désigné par la Fédération Socialiste, a 
accepté d'être mon suppléant. Son aide me sera précieuse. 


Je m'engage, si je suis élu, à venir m'installer à St-Quentin, à tenir des permanences mensuelles dans 
chaque canton et à visiter régulièrement toutes les com munes de la circonscription. Je serai à la disposition de 
fous, amis et adversaires. 


Électrices et Electeurs du Saint-Quentinois 





Pour une République rénovée. 
Pour la prospérité de notre arrondissement. 
Pour une vie plus heureuse. 

Vous me ferez confiance le 23 Novembre. 





Conseiller Général de l'Aisne 
Ancien Ministre 
Croix de Guerre (6 citations) 


Officier de la Médaille de ia Résistance 
Commandeur de la Légion d'Honneur 





Vu ; le candidat. IMP, RASRAIL - ST-OUENTIN